Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/11/2015

Rester amoureux malgré les diffcultés

Le Champion est intense, de jour comme de nuit. Avant même sa naissance, il a été un tourbillon émotionnel, et dans tout ça l'Homme et moi essayons de nous tenir comme on peut pour que le couple tienne.

Quand le monde médical apprend que nous cododotons, ces pauvres blouses blanches se montrent très inquiètes de notre vie sexuelle... Ne nous voilons pas la face, la bagatelle est un ciment du couple. Et oui, n'en déplaise à Madame l'infirmière, tout va bien! Nous avons découvert le côté aphrodisiaque de la sieste enfantine, tout simplement. Sitôt que nos enfants dorment, c'est la fête... 

Autre élément essentiel: la voiture et le mail. Discuter des choses qui nous préoccupent avec une Chose aux oreilles bien tendues et un Champion qui monopolisent notre attention est complexe, donc les longs voyages en voiture nous permettent d'ouvrir les vannes. Les disputes bruyantes effraient les enfants, mais des fois la discorde pointe et a besoin de sortir. Les mails m'ont permis parfois de m'expliquer avec mon Homme et à chacun de réfléchir de son côté.

Si le stress de ces derniers mois et le peu de moments en amoureux ont été fragilisant, notre couple tient, et je redécouvre mon Homme en père attentionné qui apprend peu à peu à comprendre son enfant, à avoir un peu plus confiance en l'avenir. C'est aussi lui qui parfois arrive à me remonter le moral quand je sature de trop porter... 

Quand on sait que le handicap sépare beaucoup de couples, je me sens heureuse de voir que nous arrivons à nous serrer les coudes.

 

21/05/2013

L'école buissonière

En devenant parent, l'Homme et moi sommes rentrés dans un sacerdoce, une vie qui tourne entièrement autour de la Chose. Enfin, ça c'est la théorie, parce qu'il nous arrive  de profiter de nos jours de congés pour mettre la Chose chez la nounou, et vive l'école buissonière:

- pouvoir se reprendre la main, sans avoir une Chose entre nous

- manger au restaurant sans devoir partager ou compter les minutes avant l'explosion d'une Chose impatiente 

- jouer à la bête à 2 dos sans pudeur ou silences gènés (faut bien avouer que la présence dans les parage d'un enfant est assez peu aphrodisiaque!)

- jardiner sans un Godzilla écraseur de carottes naissantes

- cuisiner à ma guise, sans que la Chose ne vienne me choper mes oignons ou mes champignons (elle veut toujours pouvoir les manipuler, je ne sais pas trop pourquoi)

- prendre le temps sans penser à la gestion des siestes, repas, couches et autres tétées

- et surtout avoir la joie des retrouvailles le soir, le coeur léger d'avoir passé une belle journée, et être alors disponibles le soir

Ces journées buisonnières sont peu nombreuses, mais avouons le bien indispensables à notre équilibre familiale!

Et vous, réussissez vous à vous offrir des journées off?

23/04/2013

Se disputer avec une Chose dans les parages

Loin d'être idéale, la vie de couple après bébé peut être agitée. Tensions, stress et sujets de disputes pointent le bout de leur nez. 

Avant d'avoir un enfant, on règlait ça à notre manière: larmes, claquage de porte, Homme qui prenait la poudre d'escampette et réconciliation par SMS, puis sur l'oreiller. Bref, le grand jeu mais on avait une règle: ne pas s'endormir fâchés.


[Le poison, par René Magritte en 1939]

La Chose étant maintenant dans les parages, les sujets de dispute ont changés, évolués. Ils ne sont pas plus nombreux, et surtout nous faisons tout pour parvenir à un consensus. Parce qu'avec un enfant dans les parages, l'explosion n'est pas possible.

Les larmes inexpliquées, ça lui fait peur. D'ailleurs hier soir, elle a vu sa tata effondrée d'avoir loupé un concours. Elle n'a rien dit, mais n'a pas pu se coucher nous regardant avec des sourcils froncés pleins d'interrogations. Ne parlons pas des cris qui soit la font pleurer soit risquent de la réveiller soit font qu'elle fait tout pour nous détourner de la dispute.

Il n'est plus possible non plus de prendre la poudre d'escampette sans réfléchir. D'abord il faut voir qui s'occupe de la Chose, pour combien de temps on s'éclipse, penser à lui dire au revoir...

Les réconciliations par SMS se font à ce moment là plutôt en discutant à voix basse avec un ton calme et en étant interrompus par une Chose qui veut jouer aux Legos, rendant donc tout aussi impossible une réconciliation sur l'oreiller!

Ne restent plus que les disputes en sourdine et le dialogue. La Chose devient un instrument de paix des ménages. Et vous, les disputes sont-elles encore possible ou les enfants ont changé vos habitudes?