Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/03/2013

Diminuée

Etre parent, c'est un full-time job: pas de pause, pas de vacances, pas d'heures supplémentaires à récupérer. Heureusement, au boulot, j'ai tout ça, hihihi. Mais de retour à la maison, il faut direct être au taquet, en forme.

Sauf que, depuis janvier, j'ai eu le droit au genou qui s'épanche, la gastro qui m'enlève 2 kg et puis le torticolis qui paralyse. Et on fait comment pour s'occuper d'une Chose quand on est diminuée? Parce que là, l'arrêt maladie posé n'a plus aucune signification, les exigences restent les mêmes. 

Bon, elle est conciliante, ma fille. Lors de la denière gastro, quand elle revenue de chez la nounou, elle m'a apporté toutes les affaires pour lui changer les fesses, pour que je reste sur mon lit. 

Mais, en même temps, elle est inquiète et en demande d'attentions pour voir si maman est toujours là pour elle. Et totalement réfractaire à ce que la personne malade dorme: elle reste cool mais à condition qu'on ne soit pas trop loin d'elle. Résulat: la guérison va plus doucement. D'autant plus doucement que les médecins ont tendance à laisser la femme allaitante baigner dans sa douleur, daignant à peine prescrire un Doliprane, même si le CRAT existe.

Et puis, le gros soucis quand on est diminué physiquement, c'est que tous les projets qu'on avait prévu prennent l'eau: envolée la ballade au parc promise ou la confection d'un superbe tarte au pomme. Même l'appartement en prend un coup: difficile de repasser quand le cou est bloqué, même vider le lave-vaisselle est un exploit sans nom. Et devoir dépendre de l'Homme pour les corvées est vite frustrant, car certes il les fait mais à son rythme (le linge sera accroché à 23h) et à sa manière (qui veut manger des pâtes pendant 5 jours?).

Bref, en attendant que le désenvoutement anti-poisse médicale fonctionne, je veux bien connaître vos méthodes pour survivre à la vie de famille quand vous êtes diminué(e)s?

23/03/2012

Mon ostéo adoré

Lundi je suis tombée auboulot avec un jeune et mardi matin, j'ai eu une petite douleur dans le cou après la douche. Bon c'est pas grave, hop je me brosse les dents et là en baissant la tête crac une douleur intense et je me retrouve complètement bloquée ne pouvant plus baisser la tête et le haut du corps dans un carcan...

C'est la deuxième fois que ça m'arrive. La première fois, j'ai attendu 2 semaines au doliprane (merci l'allaitement et les médecins frileux)et allongée le plus possible avec l'obligation d'être aidée pour m'occuper d'Emma... Puis, vu que je commençais à désespérer de reprendre ma mobilité, j'ai appélé un ostéo et là j'ai trouver un dieu qui en 2 ou 3 manipulations étranges m'a décoincée 2 vertèbres et après encore 2 jours de douleur m'a rendu ma vie.

Mais pourquoi cette cervicalgie récidivante? Semble-t-il que mon boulot plus la position de l'allaitement donne à mes vertèbres l'envie de danser la gigue...

Mais bon je soupçonne aussi mes vertèbres de se quereller afin justement de retourner chez l'ostéo... Car voyez vous un beau rouquin qui vous prend dans les bras et vous tripatouille partout, c'est slurp miam miam... Enfin pour moi dans la période adolescente bien sûr, pas mon moi actuel de femme mariée!