Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/03/2014

Les choses ne se sont pas déroulées comme prévu

On avait en ligne de mire un accouchement physio, sans péri avec une sage-femme libérale. Une sortie précoce pour être séparée le moins longtemps de la Chose et retrouver vite un environnement familier. Un allaitement long à nouveau.

Mais le 4 mars, il en a été tout autre. Des contractions très fortes à la maison, un bain, du sang partout. Arrivés à la maternité, nous avons à peine vu la salle physio qu'on m'a poussée dans une autre salle, avec plein de monde. Il a fallu pousser tout de suite, pourtant dilatée à 7, mais ça poussait. J'ai hurlé, griffé, mais j'y suis arrivée, il est sorti. Bleu. Emmené tout de suite.

On m'a promis le peau à peau dans quelques minutes, et puis non. Promis la mise au sein, et puis non. Il fallait aspirer bébé. Puis l'intuber. Puis le transférer, en maternité de niveau 3.

5 heures après on s'est retrouvés. Lui sédaté, en hypothermie provoquée pour 3 jours pour préserver son cerveau mis à mal par mon placenta défaillant. Souffrance fœtale. Mouvements anormaux.

Réa néo-natale. Masser toutes les 4 h un bébé inanimé. Soins intensifs. Guetter le moindre signes d'éveil de bébé. Unité kangourou. Apprendre la tétée à un bébé qui enfin pleure, se réveille.

Finalement, on est rentré à la maison, avec des bouts de sein, des souvenirs pleins la tête, des lésions constatées à l'IRM. On apprend à se connaître avec bébé, on guette chaque signe étrange. Car pour la pédiatre c'est une certitude, il y aura un handicap. 

Pour ne pas devenir fou, on vit jour après jour, on savoure chaque moment. Il a déjà appris  à respirer, se réchauffer, pleurer, téter, se réveiller, dormir dans sa nacelle... C'est un battant, si handicap il y a on fera face.