Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/04/2013

Des fois j'ai honte de mon pays

Je fais partie de la team bisounours: malgré mon côté grande raleuse, je suis heureuse de ma vie, et j'aime tout le monde et j'espère que tout le monde m'aime. Pourtant, en France, je me sens un peu seule quand je vois que les français sont plus pessimistes que les Irakiens et les Afghans.

Ben oui, difficile d'être positif quand on a le droit à une retraite, des remboursements des frais de santé, des allocations chomages ou maternité, aucune bombe ou lapidation à craindre... Ca plombe le moral, non? Alors oui, c'est la crise, y a le réchauffement climatique tout ça, mais de là à être pessimiste et à ne pas croire en l'avenir?

Selon le même reportage sur france2, l'ennemi public n°1 serait l'Islam qui va tous nous bouffer, avec le chiffre effarant de 70% de craintifs. Là je tombe des nues: pendant les 30 Glorieuses, on acceptait bien "l'Islam" pour construire routes et immeubles, pendant la guerre les soldats des colonie étaient aussi acceptés. Mais maintenant, on voit juste derrière les musulmans des monstres sanguinaires prêts à nous convertir.

Un tel manque de regard critique et de stigmatisation de l'autre comme un bouc-émissaire me fait honte d'être française. Je ne sais pas comment avancer dans une société pareille et comment éduquer notre fille dans un tel univers. Voir que le racisme se démocratise me fait craindre un avenir bien sombre.

J'aimerais bien connaitre vos avis et savoir ce qui rend les Français si désappointés?

15/07/2012

Mon bébé face au racisme ordinaire

Hier, nous avons passé l'après-midi avec mes beaux-parents. On s'aimait beaucoup avant Bébé, mais depuis sa naissance, c'est un peu plus hostile.

Toute l'après-midi, j'ai dû faire face à divers conseils bien gentils mais que je ne veux pas suivre. J'ai donc refusé la tape sur le doigts, la fessée "éducative", le "la poussette c'est trop bien, à bas le porte-bébé". J'ai rappelé aussi par petites touches que la Chose est toujours abonnée au nichon farçi.

Bref, quand il s'agit d'éducation de la Chose, j'ai tendance de plus en plus à appuyer mes et nos choix. Ce n'est pas facile, car l'Homme est plus mitigé que moi, donc s'il me soutient, on est quand même pas d'accord sur tout. Du coup, en coulisses, on a aussi nos petites frictions, voir même grandes disputes.

Mais revenons à nos moutons! Mes beaux-parents font partie de ces français aux certitudes bien ancrées, de cet électorat dont on parle beaucoup qui balance entre la droite et l'extrème-droite. A un moment de l'après-midi, mon beau-père lance "oh y a des mouches, c'est normal y a un foulard!".

J'ai avalé de travers, je suis restée stoïque, mais j'en suis encore énervée. Ces gens font partie de l'entourage propre de la Chose et un jour, elle sera en âge de comprendre ce que son Papi a dit. Et comment pourrais-je ensuite lui expliquer, qu'elle doit le respect à tous quels qu'ils soient? Que les couleurs, les religions, le handicap ne sont que des détails, qui rendent le monde moins uniforme et même beaucoup plus beau? Mais qu'en même temps, y a des abrutis qui ne voient pas plus loin que le bout de leur nez et qui rejettent d'autres personnes par ignorance.

Un jour, je devrai expliquer tout ça à la Chose en espérant qu'elle ne soit pas contaminée par la connerie humaine. En attendant, je ravale ma salive, mais comme beaucoup de sujets, je ravale mais à un moment, ça devra sortir!