Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/03/2014

Pourquoi écrire tout ça

Un blog de maman c'est fait pour parler de la vie de ses enfants, de son quotidien, des tests de produits, de blagues et de sourires. J'ai le mien mais j'écris souvent en dilettante: à un moment j'y suis tous les 2 jours, à un moment je le déserte. C'est la même chose pour les autres blogs, j'adore en lire, mais c'est par période, même chose pour les commentaires.

Et puis là, il nous est arrivé un truc, un Champion qui a eu quelques soucis. Et d'un coup, mon blog est devenu un exutoire. J'ai envie de communiquer, d'écrire au plus de monde possible, tout en étant caché derrière mon anonymat. Parce que écrire mes doutes et ses victoires permet de ne pas ressasser à mon Homme et au moment où je m'endors ou pendant les tétées. 

Mais mes mots ont aussi un autre but: témoigner pour que si un jour une maman se retrouve dans le même bateau, elle puisse lire l'expérience d'une autre famille. Car les soucis du Champion sont rares, l'hypothermie volontaire est un traitement peu répandu, et je n'ai pas trouvé beaucoup d'expériences du même genre pendant mes recherches. Et que quand on est dans la peine, lire d'autres qui sont passés par là ne peut que rassurer ou au moins consolider.

Et puis, ces mots sont autant de souvenirs et de témoignages qui plus tard permettront à la Chose et au Champion de mieux comprendre ce mois de mars 2014...

22/03/2014

Les choses ne se sont pas déroulées comme prévu

On avait en ligne de mire un accouchement physio, sans péri avec une sage-femme libérale. Une sortie précoce pour être séparée le moins longtemps de la Chose et retrouver vite un environnement familier. Un allaitement long à nouveau.

Mais le 4 mars, il en a été tout autre. Des contractions très fortes à la maison, un bain, du sang partout. Arrivés à la maternité, nous avons à peine vu la salle physio qu'on m'a poussée dans une autre salle, avec plein de monde. Il a fallu pousser tout de suite, pourtant dilatée à 7, mais ça poussait. J'ai hurlé, griffé, mais j'y suis arrivée, il est sorti. Bleu. Emmené tout de suite.

On m'a promis le peau à peau dans quelques minutes, et puis non. Promis la mise au sein, et puis non. Il fallait aspirer bébé. Puis l'intuber. Puis le transférer, en maternité de niveau 3.

5 heures après on s'est retrouvés. Lui sédaté, en hypothermie provoquée pour 3 jours pour préserver son cerveau mis à mal par mon placenta défaillant. Souffrance fœtale. Mouvements anormaux.

Réa néo-natale. Masser toutes les 4 h un bébé inanimé. Soins intensifs. Guetter le moindre signes d'éveil de bébé. Unité kangourou. Apprendre la tétée à un bébé qui enfin pleure, se réveille.

Finalement, on est rentré à la maison, avec des bouts de sein, des souvenirs pleins la tête, des lésions constatées à l'IRM. On apprend à se connaître avec bébé, on guette chaque signe étrange. Car pour la pédiatre c'est une certitude, il y aura un handicap. 

Pour ne pas devenir fou, on vit jour après jour, on savoure chaque moment. Il a déjà appris  à respirer, se réchauffer, pleurer, téter, se réveiller, dormir dans sa nacelle... C'est un battant, si handicap il y a on fera face.