Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/03/2014

Les choses ne se sont pas déroulées comme prévu

On avait en ligne de mire un accouchement physio, sans péri avec une sage-femme libérale. Une sortie précoce pour être séparée le moins longtemps de la Chose et retrouver vite un environnement familier. Un allaitement long à nouveau.

Mais le 4 mars, il en a été tout autre. Des contractions très fortes à la maison, un bain, du sang partout. Arrivés à la maternité, nous avons à peine vu la salle physio qu'on m'a poussée dans une autre salle, avec plein de monde. Il a fallu pousser tout de suite, pourtant dilatée à 7, mais ça poussait. J'ai hurlé, griffé, mais j'y suis arrivée, il est sorti. Bleu. Emmené tout de suite.

On m'a promis le peau à peau dans quelques minutes, et puis non. Promis la mise au sein, et puis non. Il fallait aspirer bébé. Puis l'intuber. Puis le transférer, en maternité de niveau 3.

5 heures après on s'est retrouvés. Lui sédaté, en hypothermie provoquée pour 3 jours pour préserver son cerveau mis à mal par mon placenta défaillant. Souffrance fœtale. Mouvements anormaux.

Réa néo-natale. Masser toutes les 4 h un bébé inanimé. Soins intensifs. Guetter le moindre signes d'éveil de bébé. Unité kangourou. Apprendre la tétée à un bébé qui enfin pleure, se réveille.

Finalement, on est rentré à la maison, avec des bouts de sein, des souvenirs pleins la tête, des lésions constatées à l'IRM. On apprend à se connaître avec bébé, on guette chaque signe étrange. Car pour la pédiatre c'est une certitude, il y aura un handicap. 

Pour ne pas devenir fou, on vit jour après jour, on savoure chaque moment. Il a déjà appris  à respirer, se réchauffer, pleurer, téter, se réveiller, dormir dans sa nacelle... C'est un battant, si handicap il y a on fera face.

23/01/2014

Mes souhaits pour mon accouchement

Pour la venue de la Chose, j'avais prévu un accouchement sans péridurale, me disant que c'était le mieux pour bébé et maman. Malgré une préparation à la naissance, je suis arrivée à la maternité vierge de toute expérience, me fiant à l'équipe en place.

Mon accouchement s'est bien déroulé au sens médical du terme. Après 8 heures de travail, la Chose était posée sur mon ventre, en forme et bien fâchée d'être sortie de son jacuzzi. Mais, le ressenti n'était pas le même: abandonnés dans une salle nature, immergée dans une baignoire, j'ai cédé à la douleur. Paniquée, j'ai réclamé la péridurale, et là bizarrement les sages-femmes invisibles ont réapparu.

L'équipe a tout mis en place et 1 heure après la piqûre magique, j'étais complètement dilatée mais bébé était coincée. S'en est suivi un accouchement compliqué par la position de la Chose et l'abandon de mes jambes qui avaient décidé de tomber dans le coma. Cette absence totale de réaction de mes parties inférieures ont rendu la poussée bien complexe, me faisant à nouveau sentir nullissime.

Pour la venue de Microbus, j'espère que les choses se dérouleront mieux. Nous avons donc décidé un accouchement en plateau technique, pendant lequel nous serons accompagnés du début à la fin par une sage-femme libérale puis nous sortirons rapidement de la maternité pour retrouver au plus vite notre petite vie de famille, sans les protocoles de l'hôpital.

Reste à voir si cela sera possible. En serais-je capable? Telle est la question. Et puis, petite ombre au tableau, ce suivi par une sage-femme libérale demande des déplacements hebdomadaires compliqués avec ces maudites contractions. Et je ne sais pas si je pourrais le mener jusqu'au bout...

Comment sera cet accouchement? On verra fin mars si vous le voulez bien...