Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/10/2012

Quand le handicap mental s'en mèle

La vie est compliquée et pas toujours rose, je sais pas si vous avez remarqué? Alors on gère au quotidien, comme on peut. Mais comment on fait, quand un petit truc en plus ou en moins ne nous aide pas à y voir clair?

Par exemple, tu la gères comment toi la frustration de ne pas avoir eu ton dessert préféré au repas de midi? Tu souffles un peu, au pire tu retiens un juron. Sauf que pour X. qui a le langage mais pas tous les moyens de compréhension qu'il faudrait, cette frustration peut être intolérable. S'ensuit cris, hurlements, jets d'objets. Oui, je sais comme ta fille de 2 an et demi... Il faut alors toute la patience et la réassurance de l'éducateur pour tranquiliser X. et l'aider à prendre la mesure de sa frustration, qui ne rend pas légitime de tout casser!

Et comment tu fais quand ta collègue de travail préférée est absente? Avoue, t'es un peu triste parce que ta journée va être un peu plus ennuyante que d'habitude. Pour Y., c'est différent: larmes, cris, agitation... jusqu'à ce qu'on lui explique que son éducatrice n'a pas disparue corps et âme mais s'est juste absentée pour aller aux toilettes. Oui, bon, ton fils de 9 mois te la fait aussi, l'angoisse de séparation, tu maîtrises je sais! 

Un autre truc pénible que tu as à supporter au quotidien, c'est de te faire sermonner par ton patron. Tu oscilles entre les larmes et l'énervement en général, non? A., lui, il se knacke un bout du bras quand il se fait gronder alors qu'il s'y attendait pas, et puis D. il fuit loin, très loin, quand y en a qui s'énervent près de lui. 

Mais par contre, quand toi tu fais des petits pas en avant, c'est d'un banal, on les remarque mais y a pas de quoi en faire un plat. Moi, quand X. a tenu une demi-heure en étant calme, que Y. a su aller vers les autres, ou que K. a réussi à couper la courgette en morceaux, je suis tout sourire, tout étonnement, toute joie.

Et puis, entre nous, quand j'aurais plus cet étonnement ou cette joie, je penserais peut-être à changer de boulot!