Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/05/2014

Une bonne mère?

Seule la journée avec une Chose débordante d'énergie et un Champion plein de besoin, je gère, comme je peux. Depuis le 5 mai, que mon homme a repris le boulot, ça va. Personne n'est passé par la fenêtre, et j'arrive à partager des moments sympas avec mes rejetons.

Mais, parfois, je me demande: est-ce que je m'en occupe suffisamment bien? Il faut dire que je lis beaucoup sur l'éducation. Maternage proximal, bienveillance, éducation positive, écoute... Tous ces termes me parlent, c'est ma philosophie.

Je sais tous les dégâts du laisser pleurer. Sauf que, quand il faut habiller la Chose, je dois laisser pleurer Champion. Ces 5 minutes ne le tuent pas, mais en même temps, je culpabilise, influencée par tous ces textes qui expliquent combien les pleurs longs sont difficiles pour un nourrisson.

Je suis convaincue qu'une petite fille de 3 ans a besoin d'écoute et de discussion. Mais, parfois le Champion et/ou moi, avons besoin de calme. J'envoie alors ma fille autoritairement jouer dans sa chambre, sans explication ou négociation. Puis, je culpabilise.

La mère parfaite en moi me juge durement. Mais en même temps la mère réaliste sur mon autre épaule, me rappelle que je fais comme je peux. Aucune mère n'est parfaite, ce n'est pas/plus mon ambition, juste d'être une mère suffisamment bonne, Winnicott serait fier de moi!

Et vous, la dualité entre la volonté de mère parfaite et la réalité du quotidien, ça vous parle?

ps: merci pour vos conseils: vendredi petit rendez-vous chez la psy de la réanimation néonatale.