Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/11/2012

Lettre à mon filleul du bout du monde

Bonjour à toi et toute ta famille,

Je suis bien contente d'avoir de tes nouvelles

Tu m'écris que dans ton camp de réfugiés, vous avez du mal avec les intempéries et que vous souffrez un peu de la promiscuité avec toute la famille. Je comprends c'est dur. Mais, tu sais j'ai moi aussi un souçis: notre 3 pièces est trop petit, j'aimerais bien un 4 pièces, et avec un jardin pour bien faire.

De rien pour les 23 euros mensuels. Ta famille fait fort: elle paye ton éducation et la nouriture avec! Chez nous, 23 euros c'est une misère, même pas de quoi se payer les courses pour une semaine. En plus, Noêl se prépare par chez nous, les Français s'apprête à dépenser 400 euros par personne, rien que ça!

C'est horrible ce que tu me racontes sur la situation politique de ton peuple. Triste histoire que ce leader exilé, le Dalaï Lama et de tes compatriotes qui s'immolent en signe ultime de protestation. Chez nous, ça chauffe aussi tu sais, on a 2 vieux grincheux qui se battent pour savoir qui a gagné.

Tu t'apprêtes à ne pas voir tes parents pendant 2 mois parce qu'ils partent pour le commerce itinérant, j'espère que tes grands-parents vont bien s'occuper de toi. Moi, je suis fatiguée de ma semaine de 35h, j'ai pas vu ma fille assez à mon goût.

Le temps est pas mal chez nous, désolé pour la sécheresse et les mauvaises récoltes de ton côté. Tu sais j'étais au supermarché tout à l'heure, c'est dur de choisir entre tous ces fruits et légumes, quel casse-tête!

Allez profite bien de ta vie, tu sais tu as bien de la chance, si tu savais comme c'est déprimant l'hiver qui arrive.

A bientôt

05/07/2012

Marraine du bout du monde

J'ai eu une période indienne: je collectionnais les films bollywood, je me documentais sur la culture indienne, je projetais d'aller faire un tour en Inde à la fin de mes études...

(Shah Ruck Khan fait partie intégrante de ma période indienne, il est booooooooooooooo)

Et puis, j'ai rencontré l'Homme, j'ai commencé à bosser, j'ai fait un enfant. J'ai coupé mes ailes pour l'instant, mais un bout d'Inde est resté.

Là-bas, dans ce pays aux 1000 facettes que je n'ai fait qu'effleurer, j'ai un filleul dans un camp de réfugiés népalais. Il s'appelle Tenzin, ça fait plus de 2 ans que nous avons notre petit lien épistolaire.

Par ce lien, je découvre une autre culture, je voyage au travers des timbres et de l'écriture de sa famille. Quand la Chose sera plus grande, elle pourra aussi écrire à Tenzin et sa famille, ou avoir aussi son propre copain du bout du monde.

Plus qu'une invitation au voyage, ce parrainage permet d'aider concrètement un enfant et une famille, en leur permettant de scolariser et d'offrir un avenir à Tenzin.

Je suis passée par Sol Himal, asso humanitaire d'aide au Tibet et aux peuples de l'Himalaya qui agit concrètement auprès de ces réfugiés par le parrainage et des chantiers internationaux. Ils proposent aussi des voyages pour partir à la découverte de l'Inde, du Tibet, du Népal et rencontrer les personnes parrainéés. Et je projette dans un temps lointain de partir avec eux, à la rencontre de ce pays qui m'émerveille.

Et je ne peux que vous encourager à vous lancer vous aussi dans la voie du parrainage! Il y a pleins d'enfants en recherche de parrains/marraines!