Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/05/2014

Petites manipulations chez la kiné

Suite à ses petits problèmes de réglages, Champion va deux fois par semaine chez une kiné.

C'a n'a pas été évident pour nous, car ces séances nous rappellent les soucis de notre bout de chou et rendent les choses bien trop concrètes. En plus le cabinet est spécialisé pour les enfants en difficultés motrices, du coup on voit le futur possible du Champion.

Confier mon bébé à des mains inconnues qui vont le manipuler est assez étrange. On nous fait sentir que le parent doit rester spectateur à une certaine distance. Maman poule, l'idée me déconcerte mais je la comprends et l'accepte, car ce suivi est nécessaire pour Champion.

Notre bébé n'a pas tous ces états d'ame et nous a surpris. Bien sur il y a eu quelques larmes, mais il a réussi à se calmer dans des bras pourtant inconnus et à faire les exercices, semblant meme apprécier le moment. Mon bébé mérite à coup sur son surnom de blog, car il nous montre chaque jour son courage et son envie d'avancer.

Par contre, ce parcours médical me frustre beaucoup: chaque médecin ou kiné recherche la petite bete chez Champion, sans s'enthousiasmer pour ses progrès ou capacités. D'ailleurs, ils ne lui passent rien au Champion: ses mouvements sont souvent analysés comme preuve de ses soucis, alors que le meme mouvement chez un bébé lambda est considéré comme normal... Ont-ils raison? Suis-je dans le déni? Je ne saurais le dire...

Et vous, avez-vous testé le ou la kiné pour bébé? Comment ça s'est passé?

 

19/05/2014

Entrée dans le circuit

Jeudi, on a fait un drôle de retour aux sources: un rendez-vous à l’hôpital. Ca remue de retourner dans ce lieu qui a sauvé Champion.

J'étais toute fière de montrer au pédiatre comme mon Champion avait grandi et tout ce qu'il a déjà fait. Mais la pédiatre était plus attentive à repérer les problèmes chez mon bébé que les points positifs.

Et malheureusement, des défauts de réglages, elle en a repéré. On dirait que les lésions neurologiques commencent à parler un petit peu. Du coup, on nous prescrit des séances de kiné, et elle fait la demande du 100% à la Sécurité Sociale. Quand il était en réanimation néo-natale, le fait qu'il ait un carnet de santé m'a montré qu'il allait vivre. Là, la demande de 100% me montre qu'il entre dans le circuit de la prise en charge du handicap.

Dans un premier temps, un coup de massue nous est tombé sur la tête. C'est quand même dingue les œillères qu'on se met. On voyait bien que certains mouvements étaient pas top, et on a vu le parcours de Champion, on connait ses lésions. Mais, tout au fond, on espérait quand même s'en tirer sans égratignures. Bref, la réalité fracassante, ça fait un peu mal.

Ensuite, j'ai été en colère, contre tous ces proches, qui nous disent que le Champion va bien, qu'ils voient pas comment il va finir handicapé. Essaient-ils de nous rassurer ou de se rassurer? J'étais en colère aussi contre la vie qui m'a pourri ma grossesse, et ma vie de maman en m'apportant un bébé mal en point, angoissé, avec un RGO et un avenir incertain.

Finalement, on a pris les rendez-vous, j'ai séché mes larmes, et puis on continue... On s'accroche aux sourires de Champion et aux pitreries de la Chose. Après tout, certains enfants ont les oreilles décollées, le mien a un petit problème de mobilité. En tant que parent, on assume et on accompagne, quel que soit le petit soucis de notre enfant. Le plus important est qu'il soit heureux et qu'on reste unis.