Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/01/2014

Vis ma vie de MAPette

Décidément les grossesses se suivent mais ne se ressemblent pas... Et ce petit gars est plein de surprises, il a décidé de faire dans l'inédit: il m'a fait passer le réveillon de Nouvel An à la maternité. 

En reporter de l'extrême, j'ai pu déguster le menu de réveillon made in hôpital, le passage de 2013 à 2014 en tchinant au verre d'eau et à l'anti-contraction, et j'ai profité d'une vue imprenable sur les feux d'artifice. Sans oublier les piqures dans les fesses en guise de pot de bienvenue...

J'ai eu aussi le droit à la gueule de bois du 1er version "je suis touuuuuuuuute seule dans ma grande chambre d'hôpital sniiiiiiiiiiif!". Avec consolation en direct par les sages-femmes, heureusement qu'elles sont là.

Tout ça à cause d'un utérus capricieux et d'un col qui a jugé que être trop long, c'est pas beau. Du coup hospitalisation et repos forcé. Maintenant je suis de retour à la maison, et je dois en faire le moins possible, avec monitoring tous les jours et même une aide ménagère qui viendra la semaine prochaine (encore une découverte pour moi).

Pourtant, l'alerte passé, je vais bien, les contractions semblent derrière moi, et Bébé a même retrouvé son calme lors des monitoring alors qu'il ne les supportait pas pendant mon séjour à la maternité.

Il ne me reste qu'à me forcer à l'immobilité, ce que j'avoue est vraiment difficile pour moi, car j'ai l'impression que tout va bien. D'autant plus difficile à accepter que pour la semaine qui vient, mon Homme étant absent, mon statut de canapette m'oblige à laisser ma fille à ses grands-parents plusieurs jours d'affilée.

Allez, bon 2014 à vous, et petit conseil: si vous êtes enceinte et partez faire un petit contrôle "au cas où" à la maternité, pensez toujours à prendre un bon bouquin, on sait jamais combien de temps ça va durer!

19/12/2012

Mon pépé

J'ai la chance énorme d'avoir encore mes 4 grands-parents. Il y a Papapa et Mamama, du côté de ma mère, dont je suis très proche. Ce sont les grands-parents des images d'Epinal, option conseils de vie, bonnes confitures et légumes du jardin. Et il  y a Pépé et Mémé du côté de mon père, pour qui la vieillesse est un fardeau qui les fait souffrir dans leur corps et leur âme.

Avec Pépé et Mémé, la relation est moins forte. Ils ne m'ont jamais pris en vacances chez eux, ils ne nous invitent pas à manger mais juste à prendre le café rapîdement. Touus les maux de la vieillesse sont pour eux, et on sent que le temps sur terre leur semble bien long.

Mon pépé a un oeil mort et un AVC ancien lui a fait perdre le déroulement de ses idées. Mais, il a toujours des choses à dire, se battant au fil des années contre sa torpeur pour me parler de son passé. Il en a fait des choses, témoin des mines de potasse, conducteur de grues et bus, horticulteur passionné, participant à la seconde guerre mondiale... Mais tout cela part dans les limbes du passé. A chaque visite, je le voyais décliner, les mots venant de plus en plus difficilement, en décalé.


Et puis là, il n'est plus qu'une ombre qui n'arrive plus à accomplir seul ses besoins vitaux. Ma mémé ne le vit plus que comme un fardeau, tout en ayant du mal à se porter elle-même. Il est hospitalisé depuis une semaine en gériatrie et elle est seule à la maison, s'accrochant encore aux murs, n'acceptant pas d'avoir bientôt besoin d'aide elle aussi.

Je n'ai jamais été aussi proches d'eux que de mes autres grands-parents mais ce destin inexorable, cette souffrance me touche tellement. Que souhaiter à ce couple qui souffre? Je n'ose penser à ce qui serait le mieux pour eux, pour garder leur dignité.