Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/01/2013

Blog et forum, même combat?

Maman connectée, j'ai eu une grossesse Google. J'ai même eu un pseudo sur Doctissimo, avec tickers et formulations bébêtes (gigi, bb1, zhom). Mais, je lisais aussi de multiples blogs pour me préparer à cette étonnante aventure, qu'est la parentalité. 

 vous remarquerez que même Doctissimo est incapable d'éviter les fautes dans les tickers!

N'ayant à l'époque pas de blogs, le forum me permettait de partager ma grossesse, mes inquiétudes et joies avec d'autres personnes, des févriettes comme moi. Les blogs eux me permettaient d'avoir des informations sur le vécu des mamans, sur les différents choix éducatifs possibles, même si rapidement j'ai fait le tri sur mes choix à moi, influant sur les blogs que j'allais suivre.

Si les blogs sont intéractifs, ils ne permettent pas la même rapidité de réponse que les forums. Ce monde me semble moins élitiste, plus instantané. Pour avoir une réponse, il ne faut pas écrire pleins d'articles ou de commentaires, juste se présenter et faire partie d'une communauté. A cette époque, le forum faisait donc partie de mon quotidien.

Mais ce côté instantané occasionne aussi un caractère non-durable: toutes févriettes qu'on était, à s'alerter à la moindre contraction, une fois les bébés sortis et le boulot et train-train repris, la relation est finie. Le blog lui, est un support plus solide, si la qualité des écrits suit bien sûr. On s'attache à un univers qu'on a envie de suivre, d'autant plus que la blogueuse entre en intéraction avec nous. En effet, si je lis de "grandes" blogueuses, je ne commente que chez celles qui ont encore une certaine accessiblité.

Ce qui nuit aux forums serait la nature de certains qui écrivent dedans: orthographe hasardeux, opinions effrayantes, méchanceté gratuite... C'est souvent ce qu'on retient des forums, mais il y a aussi ces chaines de solidatrité autour d'une maman en difficulté, cette maman que j'ai rencontré sur Doc.issimo et que je voie encore...

Si on regarde bien, même si la formulation et la présentation ne sont pas les mêmes, entre le récit d'accouchement de Neuneufévriette89 et celui de TopBlogueuse, le sujet restera le même: la parentalité et ce que ça nous fait. Et la parentalité étant parfois lourde à porter, tout lieux où on peut la partager me parait bon à prendre, quel qu'il soit!

Et toi, as-tu déjà mis ton nez dans un forum? Pour ou contre?

 

21/06/2012

La supervision des parents

Chez nous, au boulot, on a un truc sympa chaque mois, c'est la supervision. Avec une psychologue et mes collègues, on met sur le tapis tous nos petits doutes et grandes questions sur les jeunes dont on s'occupe.

Pratique et instructif, quand on ne comprend pas pourquoi Gudule est en colère tout le temps ou qu'on cherche des idées pour motiver Alphonsine à s'ouvrir aux autres. Bref, on discute entre pairs de notre expérience à propos de Gudule et on voit ensemble qu'est-ce qu'on peut faire pour améliorer la situation.

Et là vous êtes en train de vous dire: oui et alors? Elle nous embête Working Mom, à toujours parler boulot!

Sauf que si on réfléchit, les blogs et les forums (oui, je fais mon coming-out, j'ai vécu une brève passion avec Doctissimo pendant ma grossesse), ne serait-il pas aussi utilisés comme mode de supervision?

Qui n'a jamais posté un article pour exposer un soucis avec Jacquot qui refuse de manger et qu'on ne sait plus par quel bout prendre le problème? Qui n'a jamais répondu pour soutenir la maman de Jacquot, en la conseillant ou juste l'écoutant?

En cette époque, où on ne peut plus forcément compter sur les anciens de la tribu et la culture orale, Internet devient notre place du village, notre lieu de supervision.


Ce défouloir permet aussi d'éviter de beaux pétages de plombs. On se sent moins seul, quand Jacquot a jeté son assiette par terre pour la 10ème fois cette semaine! On partage ça avec d'autres, on décrypte le problème et on en rit. On dédramatise, en voyant que d'autres partagent la même chose.

Alors à vos claviers, supervisez moi tout ça!