Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/09/2013

Des nouvelles après une disparition

Ne trouvant plus le temps ni l'envie de publier, n'arrivant pas à trouver ma voie parmi tellement de blogs de talents, j'ai disparu... Je ne pensais pas avoir manqué à grand monde, et j'ai d'ailleurs déconnecté de la blogosphère, ne trouvant plus le temps de lire et de parcourir le net, prise par ma vie de famille et de couple...

Un jour, j'ai reçu une lettre d'une blogueuse, une vraie lettre en papier, que Cléophis m'a envoyée (as-tu eu mon mail?). Et là stupeur, mes petits mots jetés sur mon blog avait fait pousser quelque chose, un lien... Elle m'a donné envie de publier à nouveau, de donner de nos nouvelles, de voir si l'envie d'écrire revient...

Que devient la working family? La Chose commence à quitter le monde bébé,pour découvrir le monde des petites filles qui maîtrise de plus en plus son vocabulaire, tartine, feutres, saucisses... Pleins de mots qui explosent d'un coup comme ça, dans sa bouche. Par contre, le monde des couches n'est pas prêt de nous quitter, puisque à part servir de siège, le pot prend tristement la poussière...

Un autre passage important en ce moment, le début de la fin de l'allaitement. Il y a 2 soir je n'avais pas envie, je lui ai proposé l'histoire puis le coucher sans passer par la case tétée, et comme toujours dans notre histoire d'allaitement, ça s'est fait tout seul dans la compréhension mutuelle, ne laissant plus que la tétée du matin, qui je pense va vite aussi disparaître...

Mais pourquoi ce revirement, ce sevrage? Parce qu'elle grandit vite et bien, et que ... elle va avoir un petit frère ou une petite sœur  Microbus de son surnom est déjà un petit suceur de pouce et arrivera parmi nous le 27 mars. Il grandit dans mon ventre et nous l'avons vu hier à l'écho des 12 sa, nous remplissant de joie.

C'est notre petit cadeau du destin qui s'est installé alors que nous étions encore en train d'attendre avant de concevoir, monsieur ne se sentant pas prêt. Et en fait, le destin a mis sa patte pour ma plus grande joie mais aussi celle de monsieur, qui est un futur papa attentif, tout en ayant peur des bouleversements à venir...

Voilà pour de petites nouvelles, je vais essayer de renouer un petit peu le lien qui nous liait, sans me mettre la pression, à suivre!

11/02/2013

Etre enceinte et éduc

Au boulot, y a un truc qui doit circuler dans l'air: tout le monde a envie de faire des enfants. Ca me rappelle de très beaux souvenirs, mais aussi des moins bons, car la grossesse n'est pas toujours simple en tant qu'éduc spé.

Tout d'abord, il y a cette angoisse d'avoir un enfant avec un truc en plus ou en moins. On accompagne des parents qui du jour au lendemain, ont eu cette malchance, et on se dit que ça pourrait nous arriver aussi. Alors à chaque échographie, on tremble un peu. Avant je me disais que la trisomie ne devait pas être si grave que ça, maintenant certaines situations observées ont ébranlé mes certitudes.

Ensuite, la grossesse occasionne une sensibilité exacerbée. Or, l'éducatrice doit être un roc sur lequel les ados en détresse peuvent s'appuyer. Ce qui n'est pas simple quand une vie pousse dans son ventre. Sans compter que la grossesse peut aussi désarçonner les jeunes accompagnés, et donc demander de la part de l'éducatrice encore plus d'énergie. J'ai par exemple une collègue qui était menacée par un jeune qui voulait taper dans son ventre. Pas facile de venir bosser avec cette épée de Damoclès au-dessus du crane, ou plutôt du ventre.

Car c'est bien autour de ce ventre que les choses tournent. Un instinct de protection  se construit, et on se tient à l'écart de toutes menaces. J'ai ainsi souvent hésité à intervenir auprès d'ados en crise, mais rechercher un relais n'était pas toujours possible à tel ou tel moment, et je ne pouvais pas non plus fuir devant une situation difficile.

Je peux l'avouer la grossesse en tant qu'éducatrice a été pour moi un passage très compliqué, j'ai d'ailleurs dû être arrêtée assez tôt, tant le corps que le psychisme ne suivant plus. J'ai longtemps culpabilisé d'avoir baissé les bras ainsi, encore aujourd'hui d'ailleurs j'espère vivre ma prochaine grossesse au boulot plus sereinement (même si rien n'est au programme pour le moment).

Et vous, la grossesse a été un long fleuve tranquille au niveau professionnel ou une zone de turbulences?