Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/11/2013

J'ai testé pour vous ... l'acupuncture pour femme enceinte

"Ma" sage-femme m'a orienté vers l'acupuncture, qui serait miraculeuse pour les douleurs ligamentaires. Mais, je partais avec des a priori.

Positif d'un côté, puisque les aiguilles m'ont bien aidé quand des impatiences (jambes sans repos) tyrannisaient mes nuits. Mais aussi négatif, puisque me faire mettre des aiguilles demande un relâchement et un courage que je n'ai pas...

J'allais quand même à la séance, qui commence avec un interrogatoire très étrange: mesure du pouls, tirage de langue et mesure des pouces sont les préliminaires. Puis questions diverses et variées sur le sommeil, la grossesse, l'origine des douleurs... 

Les choses se sont corsées pour moi quand nous avons parlé de mon état psychologique. Vu que je suis toujours partagée entre ma vieille carcasse qui supporte mal la cohabitation entre grossesse et boulot, et mon cerveau qui me dit que franchement un arrêt si tôt est ridicule, ça c'est fini en pleurs... Et quand je suis lancée difficile d'endiguer les flots, surtout enceinte

On calme un peu la rivière et on passe aux choses sérieuses: les aiguiiiiiiiiiiiiilles! La plupart sont passée facilement, sauf une dans la colonne, qui a eu du mal à se frayer dans mon dos hyper crispé. En fait, elles sont plus faciles à enlever (on sent rien) qu'à mettre. Ensuite, on est laissé un temps incertain seule dans la salle dans une position où on n'ose pas trop bouger, de peur d'enfoncer une aiguille là où il faut pas...

 Faut qu'elle m'explique la dame comment elle fait pour être aussi détendue!

Et suite à cette séance, dans quel état suis-je sortie? Psychologiquement, une loque complètement crevée qui a fait peur à l'Homme (les hormones féminines sont compliquées à comprendre pour monsieur). Et physiquement, en boitant, suite à un réveil de ma sciatique dont je me serais bien passé, sûrement dû au parcours jusqu'à la maternité, lieu de la séance.

Bref, bilan en demi-teinte suite à cette séance. Mon rejet des aiguilles n'aide pas, mais je n'oublie pas que l'acupuncture m'a déjà bien aidé... Et vous, l'acupuncture? Déjà essayée, aimée ou détestée? Ça vous intéresserait?

10/11/2013

Stop ou encore?

Je suis enceinte de Microbus, petit fœtus bondissant, et éducatrice spécialisée. Ces deux choses me remplissent de joie mais sont bien peu compatibles malheureusement. 

J'ai repris le boulot après une semaine de vacances, retrouvant mes ados avec leur truc en plus. Mais le soir, je me transformais en loque pleurnicheuse: vidée de mon stock de patience, pleine de douleurs partout, épuisée... Bref, je faisais peine à voir. Au point que le jeudi à midi, je ne me voyais pas retourner au boulot, j'avais mal au ventre, du mal à être debout. Petit aller retour à la maternité, tout va bien, mais le boulot n'est pas très adapté à une grossesse zen, l'interne me propose donc un congé maladie jusqu'au prochain rendez-vous, qui aura lieu mercredi.

Me voilà donc tarabustée par la question STOP OU ENCORE, à ne plus savoir où donner de la tête...

STOP!

Pour ne plus passer mes soirées sur le canapé sans patience pour mon Homme ou ma fille, sans énergie pour faire à manger ou autres tâches ménagères, en pleurant de fatigue...

Pour ne pas devenir une mauvaise éducatrice en n'étant pas en possession de tous mes moyens physiques (mener une activité cuisine me crève pour une aprem) et psychologiques (comment avoir de la patience face à A. qui a besoin de soutien quand les hormones me donnent envie de crier sur quelqu'un).

ENCORE!

Parce que vraiment à 4 mois et demi de grossesse  je trouve ridicule d'être arrêtée pour des douleurs et du stress, et que j'ai du mal à accepter cette sensation d'être une chiffe molle.

Parce que mon remplacement n'est pas organisé, que donc je ne sais pas comment ça va se passer pour les ados que j'accompagne, et que j'ai encore plusieurs choses en cours à mener au boulot.

Parce qu'il reste beaucoup de temps avant l'accouchement, et que j'ai bien peur de m'ennuyer, et de me sentir enfermée par l'impossibilité de sortir quand je veux.

Parce que je me dis que le trou de la sécu aurait bien besoin que je continue à bosser!

 

Bref, beaucoup de questions, une réponse à donner mercredi: vais-je demander une prolongation de l'arrêt? Cela me serait-il accordé?