Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/05/2013

L'école buissonière

En devenant parent, l'Homme et moi sommes rentrés dans un sacerdoce, une vie qui tourne entièrement autour de la Chose. Enfin, ça c'est la théorie, parce qu'il nous arrive  de profiter de nos jours de congés pour mettre la Chose chez la nounou, et vive l'école buissonière:

- pouvoir se reprendre la main, sans avoir une Chose entre nous

- manger au restaurant sans devoir partager ou compter les minutes avant l'explosion d'une Chose impatiente 

- jouer à la bête à 2 dos sans pudeur ou silences gènés (faut bien avouer que la présence dans les parage d'un enfant est assez peu aphrodisiaque!)

- jardiner sans un Godzilla écraseur de carottes naissantes

- cuisiner à ma guise, sans que la Chose ne vienne me choper mes oignons ou mes champignons (elle veut toujours pouvoir les manipuler, je ne sais pas trop pourquoi)

- prendre le temps sans penser à la gestion des siestes, repas, couches et autres tétées

- et surtout avoir la joie des retrouvailles le soir, le coeur léger d'avoir passé une belle journée, et être alors disponibles le soir

Ces journées buisonnières sont peu nombreuses, mais avouons le bien indispensables à notre équilibre familiale!

Et vous, réussissez vous à vous offrir des journées off?

16/05/2012

Coup de chaud au boulot

 

Y a des jours comme ça où on a l’impression de faire un boulot de merde. Les 6 jeunes dont je m’occupe ont décidé de tous se rebeller à l’unanimité aujourd’hui…

 

Quand les demandes polies, les supplications intenses ou les tentatives d’autorité péremptoires n’amènent à rien, que faire ? A un moment faut bien avouer, j’ai lâché du lest, repris mon souffle et laisser couler un peu.

 

Car, on a des être humains en face de nous, pas des objets, et eux aussi parfois ben ils ont pas envie, et bon il a bien fallu le respecter. Pour ne pas se heurter à la maltraitance, en s’énervant plus de raisons, il faut des fois accepter de faire un pas de côté et attendre un lendemain qui chante un peu plus…

 

Ce qui est pas drôle par contre, c’est quand on rentre et que LA CHOSE est elle aussi dans la recherche de limites et en rébellion. Et là, pffff, on reprend son souffle et avant de se lancer dans l’arène, je compte sur mes 3 alliés : la pause tétée pour le calme et la complicité, le chocolat pour le réconfort et  et l’Homme pour le tiers qui calme le jeu en cas de coup de chaud…