Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/05/2013

En compagnie de la peur

Ceux qui me connaissent bien savent qu'en-dehors de ma passion des tortues, ce qui fait partie de moi, c'est la peur. Elle est une campagne de tous les instants, me pourrissant mes cours de sport avec quantité de larmes versées en gymnastique, transformant l'apprentissage du vélo et de la natation en torture, et s'incrustant dans chaque voyage automobile.

J'ai fait plusieurs grosses chutes bien effrayantes dans ma petite enfance, en apprenant à marcher et en roulant à vélo. A chaque fois, loin de rentrer dans le processus de résilience, j'ai eu des périodes où je n'ai plus voulu continuer les apprentissages commencés.

Du coup, cette foutue peur fait que je n'arrive pas à faire confiance quand on me porte ou me manipule, bref quand je n'ai pas le contrôle. Que ce soit l'Homme, mon père, l'ostéopathe ou le dentiste, j'ai beaucoup de mal à me laisser faire. Et je cache mes yeux si quelqu'un fait faire des cascades à ma fille. 

Cette peur et moi, ça fait un sacré long chemin partagé. Aujourd'hui, j'arrive à l'ignorer, j'aime beaucoup aller bosser en vélo par exemple. Par contre, sur la route, elle prend un peu plus le dessus. Surtout quand je suis stressée ou fatiguée, à ces moments là, il est bien plus difficile de faire face.

Chacun a ses défauts, le mien est d'être peureuse, la peur d'être blessée, de mourir, ou que cela arrive à l'un de mes proches. Je fais avec, c'est comme ça.

Et vous, la peur, vous arrivez  à la laisser derrière vous? D'autres défauts qui vous embêtent un peu?

20/08/2012

Un bébé qui marche

L'article où on se dit que vraiment Working Mom n'est jamais, mais alors jamais contente!

Un bébé qui grandit, c'est de la surveillance constante, avec aussi un fond de tendresse, de l'autorité et du réconfort pour faire passer tout ça. Avoir un bébé qui marche, c'est passer à du high level niveau vigilance constante.

Comme le Monsieur là, je développe des yeux qui voient partout, même derrière mon dos!

Parce que faut pas croire que le bébé va attendre calmement ses parents et rester à côté d'eux, adieux les peurs et les craintes, bonjour l'exploration. Et bien sûr pas linéaire l'exploration! La Chose se laisse perturber dans sa trajectoire au moindre brin d'herbes ou cailloux intéressant, se taille rapido loin de nous et accélère quand on l'appelle...

Bref, on se retrouve très vite à devoir la rapatrier, ce qui ne lui plait pas, mais alors pas du tout! Bonjour les cris et les larmes! Mais bon, c'est comme ça qu'on apprend les limites paraît-il.


Comme Maurice, la Chose dépasse les bornes des limites!

Mais le pire dans mon petit coeur de maman stressée, ce sont les escaliers, ces suppôts de Satan! Ils intéressent énormément la Chose qui aime bien les monter en se tenant heureusement. Mais quand je suis derrière elle, à la voir hésiter sur ses petites pâtes, je tremble d'avance. Surtout que j'ai un petit don qui me gâche la vie, je vois par anticipation la chute et je dois donc me retenir mes bras et mon corps qui voudrait la ramasser alors qu'elle n'est même pas tombée!

Ah, ce gène de maman poule, qu'il peut être envahissant parfois!

26/05/2012

Du bon et du moins bon

Pas mal de news à partager, du positif et du négatif

- la miss a repris le chemin de l'appétit, ce qui est super positif! Alors autant vous avouer que je n'ai pas la solution miracle qui a fait que.

Quelques indices quand même: bien éloigner la tétée du repas, ne plus donner les légumes en morceaux à la Chose mais mixé, ce que je lui donne entier par contre, c'est quand elle mange la même chose que nous, aussi une certaine détermination quand je la nourris... Je sais pas où a été le déclic, mais en tout cas y a du mieux ouf!

(c'est l'image que j'ai trouvé sur google quand j'ai tapé "appétit", je me suis dit que ça pouvait vous plaire)

- la pédiatre préfère nous envoyer faire une séance de kiné pour la démarche de la Chose. Le problème n'est pas qu'elle marche pas, mais surtout qu'elle se met beaucoup sur la pointe des pieds et qu'elle a un pied un peu penché quand elle est debout. On essaie de pas se prendre la tête, on verra bien.

- ce matin, nous avons repris les bébés nageurs. La séance de la dernière fois ne s'était pas super bien passée, donc je savais pas trop à quoi m'en tenir. Et en fait, la Chose m'a trop surprise dans sa progression.

Autant la fois dernière, elle s'est montré surprise et impressionnée par le nombre d'enfants et les diverses plate-formes et exercice, autant là elle en redemandait. Elle rigolait, allait vers les autres bébés, est allée même sur le toboggan en montant l'escalier toute seule, a piqué tous les arrosoirs et seaux, s'est balladé dans l'eau avec ses brassards sans que je la tienne...

Et tout ça alors que contrairement aux autres bébés, elle ne marche pas (encore). Et de voir son bébé qui a autant progressé d'un coup, c'est épatant!

- nous étions au jardin ce soir et au moment de partir, je devais fermer le portail et donc j'ai laissé la Chose dans le siège bébé sur le vélo en lui demandant de pas trop bouger.

Sauf que la double béquille de mon vélo n'a pas tenu son rôle et patatra le vélo est tombé avec la Chose à l'intérieur! Heureusement, bien attachée, la tête n'a pas touché le sol, elle s'est juste un peu écorchée le bras. Mais, elle était en pleurs et donc je ne pouvais et surtout ne voulait plus la mettre sur le vélo.

Et comme une malchance n'arrive jamais seule, je n'avais pas mon portable sur moi. Donc me voilà avec un bébé hurlant à la recherche d'une bonne âme qui veuille bien m'aider à joindre l'Homme. Le seul jardin peuplé du coin ne contenait bien sûr que des fêtards déjà un peu saouls, la situation était bien drôle, même si je riais jaune à ce moment. Heureusement, l'Homme est vite venu nous secourir. Mais y a de meilleures manières de finir une belle journée, n'est-ce pas?