Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/12/2012

Mon pépé

J'ai la chance énorme d'avoir encore mes 4 grands-parents. Il y a Papapa et Mamama, du côté de ma mère, dont je suis très proche. Ce sont les grands-parents des images d'Epinal, option conseils de vie, bonnes confitures et légumes du jardin. Et il  y a Pépé et Mémé du côté de mon père, pour qui la vieillesse est un fardeau qui les fait souffrir dans leur corps et leur âme.

Avec Pépé et Mémé, la relation est moins forte. Ils ne m'ont jamais pris en vacances chez eux, ils ne nous invitent pas à manger mais juste à prendre le café rapîdement. Touus les maux de la vieillesse sont pour eux, et on sent que le temps sur terre leur semble bien long.

Mon pépé a un oeil mort et un AVC ancien lui a fait perdre le déroulement de ses idées. Mais, il a toujours des choses à dire, se battant au fil des années contre sa torpeur pour me parler de son passé. Il en a fait des choses, témoin des mines de potasse, conducteur de grues et bus, horticulteur passionné, participant à la seconde guerre mondiale... Mais tout cela part dans les limbes du passé. A chaque visite, je le voyais décliner, les mots venant de plus en plus difficilement, en décalé.


Et puis là, il n'est plus qu'une ombre qui n'arrive plus à accomplir seul ses besoins vitaux. Ma mémé ne le vit plus que comme un fardeau, tout en ayant du mal à se porter elle-même. Il est hospitalisé depuis une semaine en gériatrie et elle est seule à la maison, s'accrochant encore aux murs, n'acceptant pas d'avoir bientôt besoin d'aide elle aussi.

Je n'ai jamais été aussi proches d'eux que de mes autres grands-parents mais ce destin inexorable, cette souffrance me touche tellement. Que souhaiter à ce couple qui souffre? Je n'ose penser à ce qui serait le mieux pour eux, pour garder leur dignité.