Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/02/2013

Etre enceinte et éduc

Au boulot, y a un truc qui doit circuler dans l'air: tout le monde a envie de faire des enfants. Ca me rappelle de très beaux souvenirs, mais aussi des moins bons, car la grossesse n'est pas toujours simple en tant qu'éduc spé.

Tout d'abord, il y a cette angoisse d'avoir un enfant avec un truc en plus ou en moins. On accompagne des parents qui du jour au lendemain, ont eu cette malchance, et on se dit que ça pourrait nous arriver aussi. Alors à chaque échographie, on tremble un peu. Avant je me disais que la trisomie ne devait pas être si grave que ça, maintenant certaines situations observées ont ébranlé mes certitudes.

Ensuite, la grossesse occasionne une sensibilité exacerbée. Or, l'éducatrice doit être un roc sur lequel les ados en détresse peuvent s'appuyer. Ce qui n'est pas simple quand une vie pousse dans son ventre. Sans compter que la grossesse peut aussi désarçonner les jeunes accompagnés, et donc demander de la part de l'éducatrice encore plus d'énergie. J'ai par exemple une collègue qui était menacée par un jeune qui voulait taper dans son ventre. Pas facile de venir bosser avec cette épée de Damoclès au-dessus du crane, ou plutôt du ventre.

Car c'est bien autour de ce ventre que les choses tournent. Un instinct de protection  se construit, et on se tient à l'écart de toutes menaces. J'ai ainsi souvent hésité à intervenir auprès d'ados en crise, mais rechercher un relais n'était pas toujours possible à tel ou tel moment, et je ne pouvais pas non plus fuir devant une situation difficile.

Je peux l'avouer la grossesse en tant qu'éducatrice a été pour moi un passage très compliqué, j'ai d'ailleurs dû être arrêtée assez tôt, tant le corps que le psychisme ne suivant plus. J'ai longtemps culpabilisé d'avoir baissé les bras ainsi, encore aujourd'hui d'ailleurs j'espère vivre ma prochaine grossesse au boulot plus sereinement (même si rien n'est au programme pour le moment).

Et vous, la grossesse a été un long fleuve tranquille au niveau professionnel ou une zone de turbulences?

23/08/2012

Jalousie

- Bonjour, je me présente Working Mom. Je suis Jalouse Anonyme depuis 2 ans.

- Bonjour, Working Mom!

Je me sens forcée à intégrer le club secret des Jalouses Anonymes,  jalouse d'une collègue qui est parfaite en tout point.

C'est l'éducatrice que je ne serai jamais: une patience d'ange, une créativité et une envie qui ne cessent jamais, une gentillesse et un enthousiasme qui n'est pas feint, une fille qui reste au boulot alors que tout le monde est déjà rentré... Elle a aussi supporté une grossesse au milieu des jeunes handicapés alors que j'ai été arrêtée au 5ème mois, cassée physiquement et nerveusement. Elle a repris le boulot après son congé mat' avec une envie intacte sans regarder en arrière, alors que moi j'avais le coeur qui était resté accroché quelque part entre chez la nounou et le boulot.

A côté, j'ai honte. Je ne pense pas être une mauvaise éducatrice, mais je suis quelconque, impatiente et désabusée parfois, concentrée sur le boulot quand j'y suis mais pressée de rentrer dès que les jeunes sont partis. J'ai des idées, mais pas treize à la douzaine comme elle. Je supporte les travers des jeunes mais beaucoup moins ceux de certains collègues. Je cherche le secret de cette éduc parfaite, mais je ne le trouve pas.

J'essaie de lui chercher des défauts, trouver la faille, mais non rien n'y fait. Cette fille est parfaite, et moi je ne suis qu'une fille jalouse!

- Merci Working Mom, bon courage à toi! Nous vaincrons la jalousie, tous ensemble! La jalousie c'est tabou, on en viendra tous à bout!

Et vous, aussi un vieux fond de jalousie qui traîne, ou y a que moi qui suis vilaine?