Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/09/2012

Un nouvel arrivant

On commencait à s'ennuyer par chez nous, on avait besoin d'un peu de nouveauté, de se rajouter un peu de jeunesse. 

On a pas mal réfléchi: va-t-on arriver à tout gérer? Les 2 vont-ils s'entendre? Et puis au niveau financier, ça va pas faire trop? Et puis pourrons nous consacrer le même temps au deux?

Rapidement, l'envie est devenue plus forte que les craintes et on s'est lancé, bille en tête et rapidement, comme d'habitude une fois qu'on s'est décidé avec l'Homme.

Les formalités sont allées très vite et ça y est notre nouvel arrivant fait peu à peu sa place dans nos petites vies bien règlées, transformant nos habitudes, tant celles de la Chose que de nous.

Je vous mettrais bien une photo du petit nouveau, mais je ne peux résister à vous poser LA question: c'est qui ce nouvel arrivant?

J'attends vos réponses avant LA photo!!!

22/09/2012

J'ai fait un rêve!

Ces temps-ci mes nuits sont terriblement agitées. La faute à ce permis qui me tracasse, cette chef de service incompétente, et tous ces menus tracas du quotidien. Ma nuit est donc peuplée de rêves, comme cette nuit.
 
N'arrivant pas à m'endormir, j'ai pratiqué une petite auto-hypnose, m'imaginant sur une plage ensoleillée avec mon corps devenant de plus en plus lourd. Cette foiis-ci, l'auto-hyonose a un peu déconné puisque au lieu de m'enfoncer dans le sommeil, j'ai senti mon corps partir vers le haut dans le cosmos. C'est là que j'ai rencontré Gugus, petit homme vert très sympatique.
 
 
Gugus avait une voix douce et entrainante. N'ayant rien d'autre à faire (après tout, j'étais en train de dormir), je me suis assise à côté de Gugus. Celui-ci m'a expliqué qu'il était venu me rassurer, car c'était pas trop la forme.
 
- Sache petit padawan, que là tout de suite les choses te semblent un peu pourris, mais c'est normal... Ta vie s'apprête à décoller! Tu es à l'aube de découvrir une nouvelle passion, la course automobile!
 
Vu ma nervosité et mon maniement de la boîte vitesse option arrachage de levier et jurons associés aux larmes, j'ai bien vite ri au nez de Gugus. C'est là, que mon nez a senti un petit relent alcoolisé: Gugus avait un peu trop goûté au schnaps alsacien, avant de venir me prédire mon avenir.
 
C'est là qu'un pleur de Chose m'a tiré de mon sommeil. Gugus, déjà en train de s'effacer, a juste eu le temps de s'excuser de sa confusion, en me promettant de revenir rapidement, sobre, et avec de vraies révélations.
 
Ne me reste plus qu'à attendre Gugus dans un rêve prochain!

Pour expliquer cet étrange article, je t'invite  à aller voir par ici. C'est un petit jeu créé par Maman 2 puces qui t'invite à écrire un article au sujet imposé et très farfelu. Pour cela, il suffit d'aller la voir sur son sympathique blog et de lui envoyer un petit mail! Bon amusement!!
 

17/08/2012

Des vacances marathoniennes

Le temps de balayer un peu la poussière par ici, et me revoilà au bout du clavier après des vacances bien remplies: 9h de route, 3 étapes, un bébé, l'ami de l'Homme qui nous a accompagné, pleins de bagages, des kilomètres et des visites par milliers plus tard...

(la tour Vauban à Camaret sur mer une magnifique presque-île) les photos ne sont pas de moi, l'Homme ne me les a pas encore passées)

On a été gourmands et on a donc voyagé en 3 fois, avec Sizun en Bretagne, 3 jours à Bernières-sur-mer en Normandie pour finir par une journée bien remplie à Paris. La Chose a profité énormément de ses vacances, découvrant avec joie et gourmandise tous les lieux et personnes sur son passage. En fait, on est parti avec un bébé et on est revenu avec une petite fille, qui a commencé véritablement à marcher sans halte sur une aire d'autoroute pendant le voyage aller. Et le festival des progrès a alors continué avec cette petite fille qui exprime ses envies, va partout où ses pieds la mène, dompte les obstacles sans sourciller... On est subjugué par son évolution le temps de ses vacances et de la manière qu'elle a eu de s'adapter à tous les changements sans souçis (mais le cododo a été indispensable et bien gérable, et à notre grande surprise dès le retour la Chose a regagné son lit sans problèmes).

(le blog d'un trentenaire, marié, 2 enfants)

Pendant ces vacances, nos deux auxiliaires décisifs ont été l'ergobaby (oui, les chateaux, bunkers, chemin de ballade n'aiment pas la poussette) et le nichon, rassurant, somnifère, anti-douleur et anti-déshydratation hors pair. Par contre, on m'a menti!!!!! Je vois partout toutes ces filles qui disent que l'ergobaby et autres modes de portage physio c'est le nec plus ultra en ballade ou rando, on sent même pas le bébé! Alors, qu'on mette les choses au clair, certes on n'a pas mal comme avec un babybjorn et bébé est super bien dedans, mais le poids du bébé, je suis désolé mais au bout d'une demi-heure j'en pouvais plus!!!!

(oh le sourire crispé d'une maman qui a mal au dos)

The découverte pour la Chose, ça a été aussi la plage! Il fallait la voir partir de ces petites pates sur le sable, allant vers les autres enfants, attirée par leurs jouets colorés. On a d'ailleurs dû fissa aller lui acheter de quoi s'amuser elle aussi. Creuser des trous et casser les chateaux de son Papa était un véritable plaisir. Ce qui me rendait un peu triste, c'est quand elle essayait de s'acqoquiner avec les autres enfants sur la plage et qu'ils la snobaient. L'Océan a eu un peu moins de succès, la Chose ayant un peu de mal avec cette grande et étrange étendue d'eau sans limites et avec en plus des vagues. Nous n'avons pas voulu la forcer, elle ne s'y est baignée qu'une fois, mélangée entre le plaisir immense et la petite trouille.

On en a vu des choses entre le musée de la marine, les cidreries, les hauts lieux du Débarquement (enfin j'ai dû vite passer mon tour, la Chose n'appréciant pas fortement l'ambiance bunker sous-terrain + saucissonage dans l'ergobaby) et la tour eiffel. Mais, ce qui nous a le plus subjugués, ce sont les pas de notre fille sur la plage et ce maudit temps qui passe vite, trop vite, avec notre bébé qui devient autonome.