Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/05/2013

Bilan de la semaine

Au boulot!

Le directeur mentionne trop souvent les termes maudits de "suppression de personnel", "lutte pour garder les effectifs" ou "redéploiement". Comme quoi, même dans le social, on n'est plus sûr de garder son contrat. Surtout que vu qu'on n'est pas économiquement rentable, il est bien pratique de taper sur nous, même si on est nécessaire à l'équilibre de la société.

Family Story

Point de surprise spécial fête des mères par chez nous, la Chose étant trop petite pour y prêter attention, et l'Homme n'étant pas mon fils. Les 2 arguments s'entendent parfaitement. Mais pour être sincère, mon côté midinette, aurait bien aimé une jolie surprise. Pas grave pour me consoler, j'ai reçu cette semaine un colis que j'avais gagné à un concours.

Webography

Pas grand chose n'a tilté cette semaine, je suis un peu moins à fond sur le net, je bouquine beaucoup et suis super fatiguée le soir.

Cuisinons!

Hier, je recevais la famille,  et j'avais prévu un bon tiramisu aux fraises. Ce fut un échec total: même après une nuit au frigo, le résultat était un tas de mascarpone liquide. Mon père a quand même fait honneur en en reprenant 2 fois, consolant mon petit coeur blessé...

Et vous, votre semaine? Fête des mères réussie, loupée ou inexistante par chez vous? Un loupage culinaire par chez vous? A plus!

23/05/2013

En compagnie de la peur

Ceux qui me connaissent bien savent qu'en-dehors de ma passion des tortues, ce qui fait partie de moi, c'est la peur. Elle est une campagne de tous les instants, me pourrissant mes cours de sport avec quantité de larmes versées en gymnastique, transformant l'apprentissage du vélo et de la natation en torture, et s'incrustant dans chaque voyage automobile.

J'ai fait plusieurs grosses chutes bien effrayantes dans ma petite enfance, en apprenant à marcher et en roulant à vélo. A chaque fois, loin de rentrer dans le processus de résilience, j'ai eu des périodes où je n'ai plus voulu continuer les apprentissages commencés.

Du coup, cette foutue peur fait que je n'arrive pas à faire confiance quand on me porte ou me manipule, bref quand je n'ai pas le contrôle. Que ce soit l'Homme, mon père, l'ostéopathe ou le dentiste, j'ai beaucoup de mal à me laisser faire. Et je cache mes yeux si quelqu'un fait faire des cascades à ma fille. 

Cette peur et moi, ça fait un sacré long chemin partagé. Aujourd'hui, j'arrive à l'ignorer, j'aime beaucoup aller bosser en vélo par exemple. Par contre, sur la route, elle prend un peu plus le dessus. Surtout quand je suis stressée ou fatiguée, à ces moments là, il est bien plus difficile de faire face.

Chacun a ses défauts, le mien est d'être peureuse, la peur d'être blessée, de mourir, ou que cela arrive à l'un de mes proches. Je fais avec, c'est comme ça.

Et vous, la peur, vous arrivez  à la laisser derrière vous? D'autres défauts qui vous embêtent un peu?

21/05/2013

L'école buissonière

En devenant parent, l'Homme et moi sommes rentrés dans un sacerdoce, une vie qui tourne entièrement autour de la Chose. Enfin, ça c'est la théorie, parce qu'il nous arrive  de profiter de nos jours de congés pour mettre la Chose chez la nounou, et vive l'école buissonière:

- pouvoir se reprendre la main, sans avoir une Chose entre nous

- manger au restaurant sans devoir partager ou compter les minutes avant l'explosion d'une Chose impatiente 

- jouer à la bête à 2 dos sans pudeur ou silences gènés (faut bien avouer que la présence dans les parage d'un enfant est assez peu aphrodisiaque!)

- jardiner sans un Godzilla écraseur de carottes naissantes

- cuisiner à ma guise, sans que la Chose ne vienne me choper mes oignons ou mes champignons (elle veut toujours pouvoir les manipuler, je ne sais pas trop pourquoi)

- prendre le temps sans penser à la gestion des siestes, repas, couches et autres tétées

- et surtout avoir la joie des retrouvailles le soir, le coeur léger d'avoir passé une belle journée, et être alors disponibles le soir

Ces journées buisonnières sont peu nombreuses, mais avouons le bien indispensables à notre équilibre familiale!

Et vous, réussissez vous à vous offrir des journées off?