Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/07/2012

Un médecin bien sympa

Je suis idéaliste comme fille. Quand je vais chez le médecin, je cherche une écoute active, une compréhension, sûrement influencée par la lecture de blogs de docteurs fantastiques. En plus, j'ai tendance à m'auto-diagnostiquer et à avoir besoin de certitudes. Et, pour rajouter à la complication, j'allaite, du coup ça complique l'ordonnance.

Là où je consulte, j'ai le choix entre "je prends pas les bébés", "regard de poisson mort quand on mentionne l'allaitement" et "the best médecin of the world".

"The best" a la trentaine, elle prend le temps de la consultation, elle fait des risettes à la Chose et essaie de l'examiner sans la faire pleurer, ce qui est un vrai challenge avec mon bébé phobique des médecins. Elle a allaitée longtemps et fait du cododo quand ses enfants sont malades. J'ai enfin trouvé un médecin, chez qui j'arrive à parler et à dire que je suis fatiguée ou que ça va pas. Elle m'écoute, connait le CRAT, cherche une solution avec moi.

Cet article ne sert pas à grand chose, mais il montre que ça existe, ce médecin qui nous comprend. Et que ça vaut le coup de le chercher, car un jour on aura peut-être besoin de quelqu'un en qui on a confiance, pour aller mieux. Et se contenter d'un médecin moyen, sur le long terme, c'est pas glop!

15/07/2012

Mon bébé face au racisme ordinaire

Hier, nous avons passé l'après-midi avec mes beaux-parents. On s'aimait beaucoup avant Bébé, mais depuis sa naissance, c'est un peu plus hostile.

Toute l'après-midi, j'ai dû faire face à divers conseils bien gentils mais que je ne veux pas suivre. J'ai donc refusé la tape sur le doigts, la fessée "éducative", le "la poussette c'est trop bien, à bas le porte-bébé". J'ai rappelé aussi par petites touches que la Chose est toujours abonnée au nichon farçi.

Bref, quand il s'agit d'éducation de la Chose, j'ai tendance de plus en plus à appuyer mes et nos choix. Ce n'est pas facile, car l'Homme est plus mitigé que moi, donc s'il me soutient, on est quand même pas d'accord sur tout. Du coup, en coulisses, on a aussi nos petites frictions, voir même grandes disputes.

Mais revenons à nos moutons! Mes beaux-parents font partie de ces français aux certitudes bien ancrées, de cet électorat dont on parle beaucoup qui balance entre la droite et l'extrème-droite. A un moment de l'après-midi, mon beau-père lance "oh y a des mouches, c'est normal y a un foulard!".

J'ai avalé de travers, je suis restée stoïque, mais j'en suis encore énervée. Ces gens font partie de l'entourage propre de la Chose et un jour, elle sera en âge de comprendre ce que son Papi a dit. Et comment pourrais-je ensuite lui expliquer, qu'elle doit le respect à tous quels qu'ils soient? Que les couleurs, les religions, le handicap ne sont que des détails, qui rendent le monde moins uniforme et même beaucoup plus beau? Mais qu'en même temps, y a des abrutis qui ne voient pas plus loin que le bout de leur nez et qui rejettent d'autres personnes par ignorance.

Un jour, je devrai expliquer tout ça à la Chose en espérant qu'elle ne soit pas contaminée par la connerie humaine. En attendant, je ravale ma salive, mais comme beaucoup de sujets, je ravale mais à un moment, ça devra sortir!

12/07/2012

Grossesses nerveuses

Notre bébé a bientôt 17 mois (déjà!!), et je me retrouve depuis le semblant de retour de couche sans règles. La faute à l'allaitement, la pilule (parfois oubliée d'ailleurs) ou la perte de poids, j'en sais rien. Si cette aménorrhée est une bénédiction pour aller à la piscine quand je veux, c'est une vraie torture pour une fille pleine d'imagination comme moi!

J'ai eu déjà 3 épisodes où je me croyais enceinte. La première fois, c'était des nausées de stress de la reprise du boulot après les vacances. La 2ème, je croyais à des mouvements dans mon ventre. Et puis, y a là en ce moment, où je trouvais que j'avais un vraiment gros bide. Le remède est simple, un test de grossesse et tout rentre dans l'ordre.

Le problème c'est que j'ai tendance à sur-interpréter des signes stupides, comme une prise de bide, des flatulences, du stress... Cette absence de règles ne m'aide pas à y voir clair. Et je suis ambivalente entre "ah non un bébé maintenant c'est pas le moment" et "oh un bébé, j'en ai envie!".

Don là après ce test négatif, je suis un peu tristoune... Pourtant, les choses sont claires, on ne peut et veut pas avoir 2 enfants chez la nounou en même temps, donc on attendra que Emma soit en âge scolaire. Mais il y a toujours cette envie cachée d'avoir un petit bout qui se niche comme ça, sans devoir se prendre la tête dans des essais, en étant le plus zen possible.

Vous devez me trouver un peu étrange et pas claire, d'ailleurs c'est flou pour moi aussi. Je vous laisse, je vais faire la paix avec mon corps et mon esprit dérangé et je reviens!