Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/02/2013

Murphy parental

Tu connais Murphy? Ce brave type a énoncé une règle qui dit que dans une situation donné, "Si une chose peut mal tourner, elle va infailliblement mal tourner. »

Et je sais pas ce qui se passe, mais quand on devient parent, cette loi de Murphy est particulièrement présente.

- Quand tu te maries, c'est là que ton bébé est malade comme pas possible et a besoin de toi H24.

- D'ailleurs quand il est malade, c'est quand tu es en week-end (bonjour SOS médecin ou les urgences) ou que tu as des rendez-vous impossibles à louper.

- Quand le matin tu es déjà à la bourre, ton enfant ne trouve rien de mieux que de remplir voir même faire déborder sa couche juste avant de partir.

- Quand ton enfant fait la sieste dans tes bras, c'est à ce moment-là que tu as perdu la télécommande et donc ne peux plus zapper!! Ou alors c'est là que ton chat fait les plus belles bêtises possibles.

- Quand tu as une maladie, tu ne peux pas avoir de traitement pour cause d'allaitement, tu dois juste patienter, longtemps, très longtemps.

- Alors que ton transit est déjà pourri, c'est quand tu es au téléphone avec quelqu'un qui te tient la jambe, que la grosse commission tocque vers la sortie.

- Quand le matin tu es en avance et que tu as donc le temps de te poser tranquillement au travail, c'est là que tu as oublié tes clés et que tu te retrouves seule devant le boulot à poireauter dans le froid

Tu as compris un peu l'esprit de cette nouille de Murphy? Tu m'excuseras mais celui-là je l'aime pas!!

Et toi des exemples de Murphy parental? On lance une pétition contre lui, ou bien?

20/01/2013

Blog et forum, même combat?

Maman connectée, j'ai eu une grossesse Google. J'ai même eu un pseudo sur Doctissimo, avec tickers et formulations bébêtes (gigi, bb1, zhom). Mais, je lisais aussi de multiples blogs pour me préparer à cette étonnante aventure, qu'est la parentalité. 

 vous remarquerez que même Doctissimo est incapable d'éviter les fautes dans les tickers!

N'ayant à l'époque pas de blogs, le forum me permettait de partager ma grossesse, mes inquiétudes et joies avec d'autres personnes, des févriettes comme moi. Les blogs eux me permettaient d'avoir des informations sur le vécu des mamans, sur les différents choix éducatifs possibles, même si rapidement j'ai fait le tri sur mes choix à moi, influant sur les blogs que j'allais suivre.

Si les blogs sont intéractifs, ils ne permettent pas la même rapidité de réponse que les forums. Ce monde me semble moins élitiste, plus instantané. Pour avoir une réponse, il ne faut pas écrire pleins d'articles ou de commentaires, juste se présenter et faire partie d'une communauté. A cette époque, le forum faisait donc partie de mon quotidien.

Mais ce côté instantané occasionne aussi un caractère non-durable: toutes févriettes qu'on était, à s'alerter à la moindre contraction, une fois les bébés sortis et le boulot et train-train repris, la relation est finie. Le blog lui, est un support plus solide, si la qualité des écrits suit bien sûr. On s'attache à un univers qu'on a envie de suivre, d'autant plus que la blogueuse entre en intéraction avec nous. En effet, si je lis de "grandes" blogueuses, je ne commente que chez celles qui ont encore une certaine accessiblité.

Ce qui nuit aux forums serait la nature de certains qui écrivent dedans: orthographe hasardeux, opinions effrayantes, méchanceté gratuite... C'est souvent ce qu'on retient des forums, mais il y a aussi ces chaines de solidatrité autour d'une maman en difficulté, cette maman que j'ai rencontré sur Doc.issimo et que je voie encore...

Si on regarde bien, même si la formulation et la présentation ne sont pas les mêmes, entre le récit d'accouchement de Neuneufévriette89 et celui de TopBlogueuse, le sujet restera le même: la parentalité et ce que ça nous fait. Et la parentalité étant parfois lourde à porter, tout lieux où on peut la partager me parait bon à prendre, quel qu'il soit!

Et toi, as-tu déjà mis ton nez dans un forum? Pour ou contre?

 

16/01/2013

Chronique d'un genou liquide

Il était une fois un genou défectueux. Il était parfois chatouilleux mais la Mom propriétaire de ce genou arrivait à le mater vite fait. Il avait eu une vie bien trop remplie: chaque fois qu'il y avait un choc c'était pour lui, sûrement avait-il décidé de se venger.

Un vendredi, il a commencé sa Vendetta finale, affligeant la Mom d'une jambe boitante du plus bel effet, accompagné d'une raideur dans certains mouvements. La Mom ne pouvait plus trop courir après les jeunes du boulot et dût boiter tout un week-end et rester souvent assise jambe droite pour éviter la gène.

Le lundi, la Mom se rendit compte que genou pourri et vélo ne faisaient pas bon ménage: elle pouvait rouler mais en n'appuyant pas trop fort sur la pédale. Zou un petit tour chez le médecin, une fois la Chose déposée chez la nounou, afin de trouver une solution et pouvoir aller bosser sans boîter. Celui-ci a senti une inflammation mais malheureusement, il n'a pas pu aller plus loin dans la résolution du cas "genou pourri" bloqué par l'allaitement qui décontenance tous les médecins avec un effet "yeux vitreux" instantané.

 mais elle fait  ch... celle-là avec ses nichons! et m'en fous de son CRAT!

La Mom se retrouva donc chez le radiologue, qui la fit crapahuter sur sa patte folle dans son immeuble, entre radios, secrétariat et échographie, chacun se refilant le cas "genou pourri". C'est donc en écoutant le médecin dicter le courrier à la secrétaire, qu'elle apprit qu'elle avait un "épanchement intra-articulaire relativement abondant". Elle dût un peu le pousser à la torture pour en savoir plus, mais n'eut que 2 réponses "étrange" et "voir avec votre médecin".

Retour chez le médecin (bonjour Sécu,désolé pour le trou): il appelle un rhumatologue, qui réussit à nous faire les yeux vitreux spécial allaitement par téléphone interposé... En attendant Doli.rane et crême anti-inflammatoire (mais attention pas sur les seins, a-t-il cru bon de préciser!). Et, pour compléter le glamour de ma patte folle, une genouillère.

Oh, sexyyyyyyy!  (ps: je rêve où le mannequin est en culotte? veux en voir plus moi!)

La Mom dut donc étaler son genou poilu devant toute une foule de pharmaciennes (au nombre de 2 mais pour moi ça suffisait), histoire de soutenir tout ça. Tout corseté, le genou se félicitait fortement qu'on fasse enfin attention à lui.

En attendant le rhumatologue et en prenant des forces pour le rendez-vous, Mom fila enlever les poils de son genou rebelle, et alla s'asseoir, rapport  à un ménage un peu trop douloureux fait le matin même dans l'appartement...