Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/11/2012

Les maladies enfantines

Nos bébés étant des êtres merveileux, ils choisissent toujours le meilleur moment pour tomber malade.

Comme ce week-end: mademoiselle la Chose se réveille à minuit avec une fièvre de 39.3 qui vient de nulle part. Evidemment elle fait ça le seul soir où elle est seule avec Papa. Le seul soir où Maman se couche très tard, donc que le lendemain elle risque d'être crevée pour assurer. Le seul soir où Maman a bu du vin, m'obligeant à retarder la tétée spécial fièvre. Le week-end bien sûr, nous obligeant à attendre lundi pour le médecin ou à aller aux urgences pédiatriques si la fièvre s'aggrave. Et puis elle tombe malade la veille d'une semaine où manquer le boulot n'est pas arrangeant puisque ma nouvelle collègue arrive lundi.

Et puis, ce qu'il y a bien avec la fièvre, c'est que c'est une pochette surprise. Notre fille n'est pas une grande fiévreuse. Elle ne nous a fait le coup qu'une fois et on a passé une semaine pourrie, avec une herpangine. Du coup, nous nous retrouvons dans l'attente: on va avoir le droit à quoi cette fois? On guette les symptômes, mais pour l'instant ni boutons, plaques, ou encombrement. Je suis plus zen que dans la prime jeunesse de la Chose, donc mon cerveau ne tourne pas trop à 100 à l'heure, même si la peur des soucis médicaux graves conduisant à l'hospitalisation est toujours dans un petit coin de ma tête tout au fond.

Pour l'instant on gère. On a sorti l'arme du cododo, et là c'est sieste sur le canapé (je te dis pas le retour vers le passé, c'est comme quand elle avait 1 mois). Du coup, j'en profite pour surfer tranquillou, prenant des forces avant que le virus dévoile son identité secrète!

Et vous, les virus sont de sorties ou pas?

PS: en tout cas celui qui est bien content c'est tokyo le chat qui squatte mes genoux, tout en allant de tant en tant chercher la chaleur de la Chose!

20/10/2012

A un carrefour de l'allaitement

La Chose a eu 20 mois hier, et nous entamons notre 21ème mois de nichonnage. J'ai l'impression de me trouver face à un tournant, le début de la fin peut-être, je n'en sais rien.

Je n'ai pas eu d'allaitement difficile ou de bébé gourmand qui abusait des tétées, nous nous sommes toujours bien entendues. On se comprend sans mot, je sais quand elle veut téter sans même qu'elle ait à me le demander. Actuellement, on est à 3 tétées: matin, retrouvailles et bonne nuit.

Peu à peu, je la sens moins pressée de téter, plus rapide dans la tétée. Elle est pourtant différente: elle me fait des bisoux sur le ventre, elle fait un grand "ahhhhhh" pour me dire c'est bon ça, avec un grand sourire. Moi aussi, je la vois un peu différente: elle est lourde, elle est grande, si grande dans mes bras. Elle devient une petite fille, qui fait des bisoux, des calins mais qui en même temps veut vivre sa vie.

Je ne suis pas triste pour autant, ce qui me questionne le plus, c'est de ne pas savoir comment ça va continuer, si ça va s'arrêter, que lui proposer ensuite... Je me demande aussi comment faire en cas de maladie sans cet outil sympa, primordial en saison de gastro. 

Bref, nous sommes à un carrefour, je veux suivre son parcours comme toujours sans moi-même le diriger. Je serais sans doute un peu triste de la fin, mais en même temps je sens que je suis prête, que la fusion maman/bébé n'est plus nécessaire.

03/10/2012

On a changé ma fille

Ciel, c'est la 100ème note! Et on va faire quoi pour fêter ça? Euuuuuuuuuuuuuh, je sais pas trop, moi! On va écrire la 100ème note tout simplement, sans chichi, entre toi et moi!

Mademoiselle la Chose ayant chopé la bronchite de la nounou et l'Homme s'étant portée volontaire pour la garder, elle passe le début de semaine à la maison. Et comme souvent quand elle passe du temps dans son petit cocon, elle évolue à la vitesse de la lumière.

La dernière fois, elle a appris à marcher, là elle s'est transformée en petit diable. Je te fais la liste des délits:

- refus direct et répété de ranger ses jouets alors qu'avant elle s'éxécutait avec rapidité et constance

- tentative de strangulation de notre nouvel arrivant, Tokyo le chaton. Sans compter les multiples coups qu'elle essaie de lui donner, n'acceptant pas que le petit lui pique ses jouets. Autant dire qu'on a du pain sur la planche pour lui apprendre à être douce et sympa avec Tokyo.

 Tokyo avec ses frères et sa soeur dans sa famille d'accueil

- fermeture répétée de portes parfois même au nez de Papa ou Maman

Et là, on se demande une seule chose avec l'Homme: c'est écrit sur quel page du manuel l'attitude à adopter? On fonctionne un peu au hasard de nos inspirations. Pas de tape sur les fesses ou les doigts, mais plutôt parler en face à face à la hauteur de yeux de la Chose. Et puis, on la met au coin quelques minutes, pour le coup des portes ou les problèmes de chat.

On va continuer à observer cette mini-crise d'ados, je vous tiens au courant!