Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/12/2012

Entre 2 années

Cette veille de réveillon est l'occasion pour moi d'un bilan de 2012, année positive pour nous, qui nous a un peu plus inscrit en mode famille.

Mariage Julie et Arnaud-129.jpgAvec l'Homme nous avons bien entamé l'année avec un mariage, certes rocambolesque puisque accompagné d'un enfant d'un an un peu pot de colle et malade, mais beau puisque signe d'amour. D'ailleurs moi qui ne portait jamais de bague, je suis bien fière de mon aliance qui ne me quitte plus. Notre fille est aussi tout au long de 2012 devenue une petite fille, en acquérant marche et communication.

A ma plus grande joie et surprise, 2012 est restée lactée. Notre lien lacté perdure, bien sûr moins présent et chronophage que début 2012. L'allaitement reste notre moyen de commencer et finir une journée, et de traverser les moments difficiles comme les blessures, les maladies, etc. D'ailleurs mon entourage a compris peu à peu que cet allaitement n'était pas sujet à discussion, que c'était comme ça simplement. 2013 verra logiquement la fin de tout ça, j'espère dans la douceur.

En parlant d'entourage, je pense directement à mes parents, avec qui la relation a connu divers séïsmes en 2012. Le lien reste mais a été émaillé de divers blessures, eux n'acceptant pas mon indépendance de maman et moi ne supportant pas leur ingérence et les mensonges de ma mère. Il est pourtant indispensable à mes yeux de faire avec, car la Chose ne mérite pas de perdre ses grands-parents qui ne sont que douceur avec elle.

Je ne peux quand même pas faire ce bilan sans mentionner l'Homme. Devenir parents ne nous a pas encore perdus, mais comme tout couple, on se passerait bien de divers tensions. Nous avons eu à faire récemment avec une discussion houleuse sur mon désir d'agrandir la famille. Il avait tendance à repousser ces discussions parfois agressivement, juste qu'à tout mettre sur la table: son envie à lui aussi, mais qu'il repousse par peur de ne plus y arriver financièrement et au niveau du stress que cela pourrait engendrer. De ce fait, il ne pouvait pas supporter mon insistance. 

J'ai tout de même arrêté la pilule, car je ne la supportais plus: règle de 2 jours toutes les semaines, impression d'être un poulet aux hormones. Avec l'allaitement, rien d'autres n'était proposé (pour le stérilet, je ne veux pas en mettre vu le projet bébé à moyen terme), donc comme 2 ados, nous (re)découvrons les préservatifs. Et vu la variété qu'il y a en magasin, ce n'est pas forcément embêtant, c'est même muy caliente  , si vous voyez ce que je veux dire...

2012 n'a pas été pavé non plus de succès, vu que j'ai laissé tomber la conduite, trop angoissée. Le permis, un jour? Je ne sais pas trop. Et puis au niveau profesionnel, j'ai toujours cette impression de ne pas aller suffisamment au fond des choses. Enfin, au niveau perso, j'aimerais bien faire un peu plus mon âge, être moins quelconque.

Je vais quand même clore ce looooooooong bilan en partageant un peu mes résolutions 2013. J'espère que d'ici fin 2013, nous pourrons dire adieu aux préservatifs et se diriger vers un petit frère ou une petite soeur pour la Chose. Au niveau professionnel, je compte lire plus, faire d'avantages de recherches, continuer à aimer mon boulot aussi. Et puis au niveau perso, il est urgent de refaire ma garde-robe, de prendre soin de moi, de mon apparence pour ne plus être cette jeune fille négligée qui a l'air d'avoir 15 ans. Et enfin, j'aimerais continuer à m'améliorer en pâtisserie et ne plus autant procrastiner.

Je vous souhaite à toutes et tous une très belle année 2013, pleine de réussite amoureuse, professionnelle, personnelle, amicale, familiale, bloguesque, etc. etc.

28/12/2012

Indépendance

J'ai beaucoup lu quand j'attendais Emma, accumulant toutes les infos possibles et imaginables sur l'art délicat d'accomoder les bébés. J'ai pourtant loupé une information que j'aurais bien aimée savoir: à 22 mois, un enfant n'a déjà plus besoin de ses parents, il prend son indépendance.

 Enfin, là j'exagère un peu: indépendante certes, mais à condition de régner sur ses valets, ses parents.

Mademoiselle la Chose passe ses journées dans sa chambre, entourée de ses nouveaux jouets apportés par un Père Noêl très généreux. De temps en temps, elle réclame que "Caca cou" en montrant son pantalon et trépigne pour que je la mette sur le table à langer. Ou alors elle accourt pour un bisous rapide avant de repartir. Ou encore elle se précipite quand elle entend un bruit alimentaire, toujours aux affuts de se mettre quelque chose sous la dent. Puis elle retourne dans sa chambre, dans son monde de jouets, levant à peine les yeux quand on vient voir si tout va bien.

De plus, ses capacités d'expression ayant augmenté, elle sait très bien montrer et dire ce qu'elle souhaite, n'hésitant pas à se montrer exigente: c'est ce gateau qu'elle veut et pas l'autre, c'est maintenant qu'elle veut dessiner et pas dans 5 minutes, c'est le repas de papa et maman qu'elle veut manger et pas le sien... Heureusement, elle accepte encore nos interventions, même si pour faire passer la pilule, il ne suffit pas d'élever la voix ou d'interdire, mais il faut avant tout expliquer. Ce qui me paraît d'ailleurs normal.

Mais bon, j'aurais bien aimé être prévenue que mon bébé crampon deviendrait du jour au lendemain une petite fille indépendante! Et chez vous, ils changent aussi vos petits bouts?

02/12/2012

Mon enfant chez les autres

N'étant pas des ermites, nous allons de temps en temps chez d'autres personnes, avec ou sans enfants à eux. La Chose, notre accompagnatrice pour la vie, peut alors avoir différents comportements:

- le crampon indécollable

L'enfant ne veut plus partir des jupes de sa mère, une espèce de Tanguy de la puériculture. Si maman s'éloigne ne serait-ce que d'un demi millimètre, l'alarme hurlante se met en route. C'est énervant, et les gens ont vite fait de critiquer notre attitude surprotectrice ou alors de nous encourager à le reprendre dans les bras, par pitié pour leurs oreilles.

- le "faux nain" (copyright mamans testent, blogueuse que je suis avec grand plaisir)

L'enfant se mue en enfant modèle qui range, sourit, dit bonjour, joue sagement dans son coin, additionne mimiques souriantes et petites scènes rigolotes. Se produit quand tu voulais justement de plaindre de ta fatigue face à ce petit démon. Ou alors face aux parents d'un enfant du même âge qui bouge beaucoup, beaucoup, et qui justement voulaient profiter de ce moment pour se plaindre de leur fatigue, avec un regard plein de connivence vers des gens qu'ils pensaient dans la même galère.

- la catastrophe sur pattes

Cachez vos bibelots fragiles, éloignez vos animaux domestiques, Attila la Chose arrive. Elle touche à tout, renverse tout sur son passage et torture les êtres vivants quadripède dans les environs. Deux spécimens viennent alors à la rencontre de notre mini Taz. Tout d'abord, la flippée de la casse qui  bizarrement a un rendez-vous urgent qui se rappelle à sa mémoire, nous invitant alors à vite partir. Ou le papi/copain gateau qui trouve cet enfant siiiiiiiii mignon qu'il/elle lui autorise tout. Pauvre parent, tu te retrouves à houspiller ton enfant, alors que l'hôte lui donne toutes les autorisations possibles et imaginables, te faisant passer pour un tyran de l'éducation.

Car c'est bien là le plus grand soucis, quand tu emmènes ton enfant chez les autres: tes règles rencontrent leurs règles. Et l'accord entre ces différentes règles peut être bien difficile!