Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/03/2012

Quand ma fille me boycotte...

Ma fille est encore lactolique, ça tombe bien moi je suis accro aux tétées...

Quand je me suis demandée si j'allais continuer le nichon après la reprise du boulot, je suis tombée sur des millions de témoignages (oui bon je sais, j'exagère) de tétées de retrouvailles... Je lisais toutes ces mamans qui retrouvent leur bébé assoifé de contact et de lait, ce moment inégalable de retrouvailles.

Alors oui, je connais ça mais je connais aussi le boycott de retrouvailles. Ces moments où la miss ne veut pas de mon sein, de retour de chez la nounou. Je la prends dans les bras, je déballe le matériel et on se place correctement, mais rien... Bébé regarde ailleurs, voir même bouge pour s'enlever. Résignée, je la pose et mon esprit s'emballe.

Je pense grève des tétées, bébé qui se sèvre tout seul. Je ne suis pas prête, pourquoi mais pourquoi ça tombe sur moi, qu'est-ce que je fais de mal? Comment on va faire pour continuer? Je ressens un sentiment de rejet, je m'énerve un peu même, j'ai les larmes aux yeux... Alors j'essaie plusieurs fois, au moindre petit signe que j'interprète de la Chose, je lui repropose le Saint Nichon, mais rien! A peine un petit tétouillage et hop on passe à autre chose.

Et puis vient le soir et là d'un coup une vraie tétée, je m'apaise, à bas les scénarios catastrophe et je profite... Je me dis quand même que j'ai un grain et que bon, ça s'arrêtera bien un jour, que je dois m'y préparer quand même. Oui, c'est vrai, mais allez, hein, pas tout de suite, encore un peu s'il vous plait.

Et puis je me mets à réfléchir un peu quand même... Et je vois que tout ces boycott de la tétée ont un point commun: ils viennent après un week-end prolongé, quand je finis plus tard que d'habitude... Peut-être la Chose marque-t-elle ainsi le fait qu'elle n'est pas très contente que Maman ne soit pas restée avec elle ou qu'elle ne soit pas rentrée à la même heure que d'habitude.

Bref, j'essaie de relativiser. Même si là tout de suite maintenant, je regarde quand même ma fille en attendant la prochaine tétée avec cette petite inquiétude au creux du sein...

Et vous, aussi accroc aux tétées/biberons de retrouvailles? Ou alors avez-vous un(e) petit(e) boycotteu(se)?

04/03/2012

Accroc au chocolat

Le chocolat et moi, c'est une passion qui dure depuis longtemps. D'ailleurs pour tout vous avouer, c'était l'un des thèmes de mon mariage.

Et ben, je crois que tout le chocolat ingéré pendant la grossesse a eu des conséquences sur la Chose.

Malgré le fait q'elle est bien loin de se mettre debout, dès qu'elle est sans surveillance, même une micro-seconde, elle trouve le moyen de grignoter du chcoolat!

Rapide comme l'éclair, elle scanne les lieux à la recherche de "cocolat" comme dit mon très cher mari (ahhhhhh je suis mariéeeeee!).

Que ce soit l'assiette avec encore un peu de Nutella qu'elle va déloger de la table basse, le carreau de chocolat ou la boîte de gateau qui était sur le canapé, rien ne lui résiste, avec un culot de folie au nez et à la barbe de ses parents, parfois même à côté d'eux...

23/02/2012

Quand Ergobaby sauve un mariage...

Ca y est je suis devenue madame!

Quel week-end de folie! Entre un homme tendu comme un string et une Chose super malade, le mariage promettait d'être bien spécial...

L'Homme stressé n'ayant rien trouvé de mieux que cogner sa voiture en se garant, il fallut réparer la voiture en 4ème vitesse. Puis le jour avant la mariage, quand j'arrive à la salle, j'ai failli crucider mon (futur) beau-père: monsieur avait changé la disposition des tables, modifiant le plan de table sur lequel on avait passé un temps fou!

Heureusement je n'ai rien d'une Bridezilla

et après forces raleries, je m'y suis mise et j'ai refait ce maudit plan de table. Puis j'ai respecté la tradition et suis allée dormir pour ma dernière nuit de "célibataire" chez mes parents.

Le lendemain, le marathon coiffure-maquillage-cérémonie a commencé. Avec une bien mauvaise surprise, l'allaitement m'a tellement fait fondre que ma robe était trop grande! Donc vive les épingles pour la faire tenir!

Er maintenant, il faut bien parler de la Chose et du rôle important qu'elle a joué dans ce mariage: elle était malade comme un chien avec voix enrouée et angoissée par la grosse fiesta. Du coup, il lui fallait maman non-stop, peu importe qu'aujourd'hui c'était le mariage de papa et maman...

Comment faire vous demandez-vous? Hors de question de laisser pleurer un bébé angoissée et malade... Et elle ne voulait personne d'autre que Maman, même pendant la cérémonie à l'église. Du coup, on était bien peu concentré sur les paroles du curé. Surtout que mademoiselle la Chose, quand elle était par terre à nos côtés, jouait avec sa robe, ma robe et le bouquet, me faisant éclater de rire pendant la lecture d'une prière!

Est ensuite rentré en scène le sauveur de notre mariage, l'Ergobaby!

Oui j'ai osé! J'ai combiné porte-bébé et robe de marié! La première danse, nous l'avons donc fait à 3, en porte-bébé, et ce fut un très beau moment!