Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/05/2013

L'école buissonière

En devenant parent, l'Homme et moi sommes rentrés dans un sacerdoce, une vie qui tourne entièrement autour de la Chose. Enfin, ça c'est la théorie, parce qu'il nous arrive  de profiter de nos jours de congés pour mettre la Chose chez la nounou, et vive l'école buissonière:

- pouvoir se reprendre la main, sans avoir une Chose entre nous

- manger au restaurant sans devoir partager ou compter les minutes avant l'explosion d'une Chose impatiente 

- jouer à la bête à 2 dos sans pudeur ou silences gènés (faut bien avouer que la présence dans les parage d'un enfant est assez peu aphrodisiaque!)

- jardiner sans un Godzilla écraseur de carottes naissantes

- cuisiner à ma guise, sans que la Chose ne vienne me choper mes oignons ou mes champignons (elle veut toujours pouvoir les manipuler, je ne sais pas trop pourquoi)

- prendre le temps sans penser à la gestion des siestes, repas, couches et autres tétées

- et surtout avoir la joie des retrouvailles le soir, le coeur léger d'avoir passé une belle journée, et être alors disponibles le soir

Ces journées buisonnières sont peu nombreuses, mais avouons le bien indispensables à notre équilibre familiale!

Et vous, réussissez vous à vous offrir des journées off?

12/05/2013

Bilan de la semaine

Au boulot!

Même si la semaine professionnelle n'a duré que 2 jours, elle a été riche en émotions. Nous avons célébré le départ de A., une des jeunes les plus handicapées de l'établissement, mais si attachante qu'elle était devenue une espèce de mascotte. Du coup, beaucoup d'adolescents ont tenu à être présents pour lui dire au revoir.

Sa maman est venue aussi nous saluer, et nous a offert des fleurs. Ce geste peut vous paraître insignifiant, mais pour nous, c'est toujours extrêmement gratifiant de recevoir un signe de la part des parents nous montrant que que notre travail compte à leurs yeux. D'autant que c'est de plus en plus rare.

La suite pour A., c'est un Maison D'accueil Spécialisée, structure adulte où une grosse part de son projet est le respect de son bien-être et le maintien des acquis, avec un lien qui perdure vu que ma collègue et moi allons chaque jeudi dans cette structure pour une activité avec d'autres jeunes. Et pour le groupe, une nouvelle bénéficiaire arrivera en juin, mais pour l'instant nous n'en savons pas plus.

Family Story

Qui dit pont de mai, dit temps en famille. Nous avons aussi profité du vendredi pour passer du temps en couple, rien qu'en couple. L'Homme a su me montrer que sous des dehors parfois un peu rustres, il sait encore se montrer très attentionné et attachant. La journée a donc été bien sympa, et permet de remettre du sourire sur nos têtes de façon durable.

Webography

La saison chaude s'annoncant, tous à vos piscines. Vous savez mon intérêt pour les blogs médicaux, voici un petit texte qui met en garde quand à la sécurité des piscines. Si vous êtes comme moi, prévoyez les mouchoirs. Et vive la bonne dose de trouille, quand vous pensez à l'association enfant/eau. En même temps, je trouve ce texte salutaire car il nous rappelle qu'un accident est vite arrivé, et que nous devons tous être vigilant.

Cuisinons! (attention SPOILER KITCHEN TROTTER)

Cette semaine, j'ai reçu ma Box Kitchen Trotter. J'adore cette box, et j'attends à chaque fois avec plaisir de savoir dans quel pays elle va m'embarquer. Ce mois-ci direction les Etats-Unis. Amis de la nourriture équilibrée et light, passez votre chemin, c'est pas du tout ça: marschmallow et beurre de cacahuète dans le même gateau, beignets de saucisse frite, marinade avec 500 mL d'huile... Mais en même temps, les recettes semblent alléchantes, donc je fonce. J'ai déjà fait la fameuse tarte à la citrouille, pas mauvais, même si meilleur chaude.

D'habitude, l'Homme grince un peu, lui qui est un peu hostile au tourisme culinaire, mais là les recettes américaines semblent un peu plus lui convenir, curieux, n'est-ce pas?

Alors, et vous, comment était votre semaine? La vigilance constante anti accident domestique, ça vous tient à cran ou vous arrivez à rester zen? Et les box gourmandes, clientes or not?

07/05/2013

Quand le désir d'enfant n'est (toujours) pas partagé

Ce n'est un secret pour plus grand monde, je souhaiterais avoir un 2ème enfant. Pour pleins de raisons: je n'ai pas envie que la Chose soit seule ni d'une trop grande différence d'âge, elle a suffisamment grandi pour qu'un autre enfant ne la chamboule pas, nous avons les moyens en temps, au niveau professionnel et financier, la Chose est en demande: elle adore les autres enfants et les bébés...

Comme dit ici,  pour moi, un bébé se fait à 2, donc faire un enfant dans le dos de mon Homme n'est pas à l'ordre du jour. Me voici donc suspendue à ses lèvres. Malheureusement, celui-ci est devenu l'adepte du "2 pas en avant, 3 pas en arrière".

- J'ai dit à X qu'il serait le prochain parrain

- Tu n'y penses pas, un 2ème enfant et c'est la fin de notre temps libre. Et puis financièrement, ce serait une catastrophe!

- On fait l'amour, oups sans capote.

- Si tu n'as pas tes règles, vive l'aspirateur broyeur.

Le problème quand on a une idée fixe comme moi, c'est qu'on a tendance à se fier au moindre petit signe positif d'un revirement de l'être aimé. Du coup les changements de cap de l'Homme sont d'autant plus difficiles à vivre.

Le summum a été ce dernier cycle: nous avons comme tout couple joué la bête à 2 dos plusieurs fois, et sans caoutchouc (sachant que j'ai arrêté la pilule, demandant à l'Homme de gérer la contraception). Prompte à me faire des films, je me suis dit que l'Homme essayait de me faire comprendre qu'il s'était décidé. Tu parles Charles, quand j'ai évoqué la situation, il m'a détrompé. Du coup quand mes règles se sont déclenchées, alors que j'attendais un ultime signe du destin, je me suis retrouvée pliée en 2 et toute frustrée, maussade et triste. 

Une envie non partagée, à force, c'est douloureux. On se demande où on est, du couple, de notre vie. Sans cesse voir rejetée son envie, avoir en toile de fond des rapports cette impossibilité de créer la vie, tout ça est devenu trop lourd. L'envie d'enfant est un sujet que je ne peux plus évoquer sans espoir, prise de tête personnelle ou bisbilles. Et la venue de mes règles a été la goutte qui a fait déborder le vase.

 Bonjour, Mr Coué, mon nouveau meilleur ami.

Du coup j'inaugure une nouvelle méthode, la méthode Coué: quand je me dis suite à un évènement ou au détour d'une discussion, là je pourrais placer l'envie bébé, je me dis "non je ne veux pas de bébé". Même chose quand je pense même à l'idée. Je ne peux pas vous dire si ça marche, j'ai inauguré cette méthode que depuis une semaine, mais il me faut bien ça pour passer à autre chose.

Vous en pensez quoi de ma méthode Coué? D'autres astuces pour m'aider à attendre?