Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/04/2013

Bilan de la semaine

Au boulot

Ben non, c'était les vacances. Du coup décompression totale, ça fait un bien fou. Et mai s'annonce sympathique avec jours fériés, ponts et une semaine de formation.

Family Story

5 jours chez mes parents et j'ai survécu! Ce n'était pas sûr à 100 % vu la relation compliquée que je peux avoir avec mes parents... Mais la Chose hyper épanouie a rendu les choses super simples. Et puis, j'ai pu voir une très bonne copine ce qui fait un bien fou.

La cérémonie pour Pépé s'est bien passé. La Chose n'a pas trop réagi, mais quand elle dit le nom "pépé", on est un peu glacé et on ne sait pas trop quoi dire.

De notre séjour en famille, la Chose et l'Homme ont raméné fièvre et gorge prise... Après un 39.5 hier soir, la Chose cavale à nouveau, j'espère donc que le microbe a déjà été vaincu...

Webography

Petit coup de mou bloguesque pour moi. Je n'ai pas trop d'idées d'articles, du mal à écrire... Faut pas chercher, il suffit que je voye un ou plusieurs articles sans commentaires ou mention j'aime et je suis toute déprimée. En fait, quand je vois la multitude de blogs pleins de talents, je me demande ce que moi je peux bien apporter de plus... Oui, je m'apitoie sur mon sort, ça fait partie du personnage!

Cuisinons!

Je suis abonnée à Kitchen Trotter, j'ai donc concocté des sekerpares. Sauf que y a comme un ennui, c'est devenu des trucs mous qui se désagrège dans le sirop. Je pense que la cuisson n'était pas au max. Du coup, ne ne suis pas sûre que toute la fournée soit mangée.

Comme d'habitude, j'adore pâtisser mais mon manque d'exactitude est riche en catastrophes...

Et vous, votre semaine? Des catastrophes pâtissières à raconter? Ou des idées anti-coup de mou bloguesque?

19/04/2013

Le bilan de la semaine

Au boulot!

Cette semaine était l'occasion de réunir les gros pontes et les jeunes pour un bilan. Et là surprise! Les jeunes ont bien profité de ce temps pour prendre la parole. Il est rassurant de voir aussi que le projet de groupe a un sens, que les jeunes s'y trouvent bien et que les choses évoluent. Par contre carton rouge au psychiatre qui arrive avec une demi-heure de retard!

Et puis un des trucs qui me fait aimer ce boulot est arrivé: les vacances! Une semaine pour reprendre des forces et retrouver la niak éducative, un mélange savant de patience et d'idées créatives.

Family Story

Semaine difficile qui va se finir avec l'enterrement de mon Pépé. Je ne pleure pas 24h sur 24 mais je suis parfois saisie aux moments plus calmes de spleen avec en option yeux qui picotent et mal de ventre. Comme si du jour au lendemain, je m'étais rappelée que la mort existe, qu'elle n'est pas généreuse ou clémente et qu'un jour, elle va m'enlever ceux qui me sont chères, et qu'un jour, elle va rendre notre Chose orpheline. Oui, je suis longue à la détente, j'ai dû attendre 26 ans pour comprendre.

Je suis pleine de questions pour la cérémonie demain: comment expliquer à la Chose tous ces gens tristes? Elle est bien jeune pour aborder le sujet de la "mort", et quel est la place de Pépé pour elle? Demain, l'Homme fera en sorte de sortir de la cérémonie s'il voit la Chose gènée d'une quelconque façon. Et puis pour le reste de la journée, nous serons attentifs à elle, prêts à lui expliquer du mieux qu'on peut ce qu'il se passe.

Webography

Rien n'a tilté sur mon écran. En même temps, je n'ai pas trop la tête à ça. Juste une infos comme ça: je publie aussi chez so busy girl. Voici mes 2 articles: par ici et puis par.

Cuisinons!

Rien non plus de folichon par chez nous. Des muffins au yaourt spécial recyclage de yaourt périmés et le 1er barbuc de l'année plus la première glace.

Et vous votre semaine? Des expériences à partager sur la gestion du deuil face au (très) jeune enfant?

17/04/2013

Au revoir à mon Pépé

C'est un homme que j'ai toujours connu diminué, porté à bout de bras par sa femme. Un puis des AVC avaient porté un coup dur à ce monsieur. C'était mon pépé. 

Il avait souvent beaucoup de choses à dire et vu que j'étais l'ainée et que je voulais le connaître un peu, je passais les temps où on allait voir mon pépé et ma mémé à discuter avec lui. Il me parlait de ses grues, ses cars, ses camions, de tout ce qu'il a conduit pendant sa carrière. Il évoquait peu la Seconde Guerre. Il l'a vécu, enrolé de force comme tant de Malgré Nous de notre Alsace...

Et puis au fil des années, les mots ont été de plus en plus compliqué à sortir de sa bouche, à s'assembler en quelque chose de cohérent. La flamme de sa bougie faiblissait. A chaque fois qu'on allait le voir, on le sentait de plus en plus vacillant, confus. Il regardait la Chose d'un oeil lointain, et ce n'était plus avec lui qu'on discutait le plus, mais avec Mémé, sa femme, qui se plaignait, un peu puis beaucoup.

Le jour de notre mariage, d'ailleurs Mémé a essayé de partir toute seule de la fête, dans la nuit, parce qu'elle était fatigué, qu'elle n'en pouvait plus. Et lui était dans la lune, à regarder la fête de loin.

Et puis, il y a eu l'hospitalisation, suite à d'autres AVC et une perte totale d'autonomie. On a parlé de permissions, de préparation à la maison de retraite. Et puis de corps qui récupère plus, de déclin, morphine, reins qui fonctionnent plus.

Et puis ce 16 avril, Pépé est décédé. Il y a des gens qui partent d'un coup, brutalement, mais sans trop de souffrances. Lui, il est parti difficilement, durement, en souffrant. Il n'a pas eu une belle mort. Et moi, je ne l'ai jamais suffisamment connu.