Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/03/2014

J'aurais préféré ignoré que

Avec le Champion, j'en ai appris des choses en 3 semaines. Pourtant, j'aurais préféré ignoré que:

- on pouvait refroidir délibérément un bébé à 34.5 pour protéger son cerveau, pendant que tous ses copains de chambrée était maintenus au chaud. J'aurais bien aimé ne pas savoir que ce procédé a moins que 5 ans et n'est pas pratiqué dans tous les hôpitaux. Nous sommes donc extrêmement chanceux que la Champion soit né en 2014 dans ma ville. 

- un bébé peut avoir des capteurs et des fils dans les fesses, le zizi, le cordon, le torse, le bras, la tête... Qu'il peut vibrer sous l'effet d'un respirateur. Qu'il peut avoir pas moins de 5 produits qui circulent dans les veines.

- les infirmières puéricultrices sont des anges tombées du ciel qui donnent tout pour les bébés et pour créer le lien avec leurs parents. Que j'aurais besoin de pleurer devant une psychologue 3 fois en une semaine. Que si la pédiatre veut attendre que le père et la mère soient là, c'est que les nouvelles seront désagréables à entendre.

- un bébé de 2 semaines qui passe un IRM cérébral n'est pas endormi et qu'il doit donc être ficelé sur une espèce de barre en plastique où seule sa tête reste visible. 

Tout ça je l'ai appris depuis le 4 mars. A la fois, ça me semble extra-ordinairement anormal d'avoir connu ça, à la fois ça a fait parti de mon quotidien pendant 2 semaines, donc de ma normalité. 

Aujourd'hui, ça fait une semaine qu'on est à la maison. J'ai l'impression que cette parenthèse étrange a été vécue par une autre Working Mom, un autre Homme, un autre Champion, une autre Chose. Pourtant, c'est nous qui l'avons vécu.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Commentaires

Et tu as besoin d'en parler pour extérioriser le traumatisme, et c'est bien normal. On est là pour te lire, pour entendre ta souffrance et tes espoirs. Je te serrerais bien dans mes bras, là, maintenant, tout de suite.
Gros bisous à toi, à l'Homme, à la Chose et au Champion.

Écrit par : Au Fil d'Isa | 24/03/2014

merci pour ton commentaire et tes pensées. J'ai besoin de parler de tout ça, de sortir ces mots et images de ma tête pour avancer, toujours avancer.

Écrit par : working mom | 25/03/2014

Les commentaires sont fermés.