Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/01/2014

A la redécouverte de mon Homme

Maman poule fusionnelle, je m'occupe énormément de la Chose depuis sa naissance: allaitement long, parfois cododo... L'Homme en profite: il ne donne jamais le bain, ne cuisine pas pour la miss, ne change quasiment jamais les couches... Il est plus là pour les moments de jeux, alors que moi je m'occupe du reste.

Je n'en souffre pas, je pense même que c'est mon attitude depuis sa naissance qui a concouru à ça. Nous avons ainsi grandi en tant que parent, moi bien contente de pouvoir tout contrôler, l'Homme satisfait de déléguer les couches explosives, nuits pourris et problèmes de rébellions enfantines.

Mais ça c'était avant... Une petit fille qui grandit, une grossesse fatigante et l'obligation pour moi de lever le pied. L'Homme a passé 4 jours en tête à tête avec la Chose, et là il a dû tout gérer, des couches au bain en passant par les moments de spleen de notre fille. Et ... tout le monde a survécu (sauf le style vestimentaire de mademoiselle la Chose)! 

Depuis, même si j'ai repris ma place, il continue à passer du temps avec sa fille, à sortir avec elle sans moi, parc d'attraction pour enfants ou sortie neige par exemple. Au début, c'était étrange pour moi de ne pas participer à tout, de déléguer. Mais, on s'y fait, je suis même contente de voir ma fille partir toute contente avec son père, et revenir ensuite me raconter leur aventure.

J'espère que cette relation père-fille continuera après l'arrivée de Microbus, moment où je serai moins disponible pour la Chose... 

Et chez vous comment est la relation père-fille? L'arrivée d'un 2ème enfant a-t-elle eu des conséquences?

27/01/2014

Maman, j'arrive pas!

Depuis que la Chose parle mieux, il y a une remarque récurrente dans la journée "Maman, j'arrive pas!". A monter son pantalon, à monter sur la marche pour se laver la main, à faire tel puzzle, à descendre l'escalier seule...

D'un côté, elle ne veut pas trop vite grandir. Forcément, avec une maman enceinte, grandir soulève pleins de questions. Ma maman s'occupera-t-elle toujours autant de moi? En plus, il faut avouer que ces 7 derniers mois, entre sevrage et passage au lit de grand, on a déjà beaucoup fait grandir notre puce. Sans compter une maman canapé pas toujours assez active pour s'occuper d'un petit bout de presque 3 ans. Alors on tolère son envie de prendre son temps, par exemple au niveau des couches...

 Couche addict!

 

Mais en même temps, la Chose n'est pas trop à l'aise au niveau psychomoteur, comme moi d'ailleurs. Et elle nous sait disponibles, donc en cas de sensation d'échec, elle se repose vite sur ses lauriers et préfère qu'on intervienne. Au début, je venais vite à son secours, telle le chevalier blanc.

 Oui je sais je sexy!

Mais, cette demoiselle va aller à l'école en septembre et a presque 3 ans. Donc, je l'encourage à essayer, quand elle n'arrive pas, en restant à ses côtés, et en lui proposant des conseils. Et surtout en valorisant ses efforts... Bien sûr ça va plus vite si je fais à sa place, mais est-ce un cadeau à lui faire, à notre petite fille qui craint de devenir grande? Je ne pense pas.

Reste à voir ce que l'arrivée de Microbus va apporter à l'équation? La Chose va-t-elle rajeunir encore ou grandir d'un coup? A suivre au prochain épisode... Et chez vous, "j'arrive pas" ou "laisse moi je fais tout seul!"?

23/01/2014

Mes souhaits pour mon accouchement

Pour la venue de la Chose, j'avais prévu un accouchement sans péridurale, me disant que c'était le mieux pour bébé et maman. Malgré une préparation à la naissance, je suis arrivée à la maternité vierge de toute expérience, me fiant à l'équipe en place.

Mon accouchement s'est bien déroulé au sens médical du terme. Après 8 heures de travail, la Chose était posée sur mon ventre, en forme et bien fâchée d'être sortie de son jacuzzi. Mais, le ressenti n'était pas le même: abandonnés dans une salle nature, immergée dans une baignoire, j'ai cédé à la douleur. Paniquée, j'ai réclamé la péridurale, et là bizarrement les sages-femmes invisibles ont réapparu.

L'équipe a tout mis en place et 1 heure après la piqûre magique, j'étais complètement dilatée mais bébé était coincée. S'en est suivi un accouchement compliqué par la position de la Chose et l'abandon de mes jambes qui avaient décidé de tomber dans le coma. Cette absence totale de réaction de mes parties inférieures ont rendu la poussée bien complexe, me faisant à nouveau sentir nullissime.

Pour la venue de Microbus, j'espère que les choses se dérouleront mieux. Nous avons donc décidé un accouchement en plateau technique, pendant lequel nous serons accompagnés du début à la fin par une sage-femme libérale puis nous sortirons rapidement de la maternité pour retrouver au plus vite notre petite vie de famille, sans les protocoles de l'hôpital.

Reste à voir si cela sera possible. En serais-je capable? Telle est la question. Et puis, petite ombre au tableau, ce suivi par une sage-femme libérale demande des déplacements hebdomadaires compliqués avec ces maudites contractions. Et je ne sais pas si je pourrais le mener jusqu'au bout...

Comment sera cet accouchement? On verra fin mars si vous le voulez bien...