Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/04/2013

J'ai testé pour vous le Plumy Park, parc d'attraction pour enfants

Etre parent c'est devenir un aventurier des temps modernes, allant toujours plus loin pour que notre enfant s'épanouisse. Avec une amie, par un trop froid samedi, nous avons décidé d'emmener nos petits bouts de 2 ans et des poussières dans un de ces nouveaux parcs pour enfants, le Plumy Park.

 

Nous découvrons un lieu plein de piscine à balles, mini-manèges, toboggans, murs à escalade... Ma rêveuse de fille m'a épatée devant sa capacité à monter dans les structures sans les connaître et avec des gestes qu'elle n'avait jamais fait. Par contre, l'accompagnement dans la structure était indispensable pour un petit bout de 2 ans, vite écrasée par des grands enfants un peu speed ou dépassée par la vitesse du toboggan.

Cette espace de loisirs est très loin d'être un lieu de détente pour les parents. Le bruit est énorme, la foule aussi. Il est impossible de laisser nos petits bouts sans surveillance, trop occupés à courir partout sans respecter les limites des jeux à ne pas faire. La Chose trop peu habituée aux grands toboggans ne pouvait pas les faire toute seule non plus, car dépassée par la vitesse, elle s'est cognée partout.

Au bout de 2 heures, nous avons plié bagage, nous commençions à être submergée par une foule d'enfants sans surveillance. J'ai d'ailleurs mon coude qui peut en témoigner: pendant qu'on descendait le grand toboggan avec la Chose, une nouille de garçon s'était mis sur un autre couloir debout au milieu du toboggan. Résultat: collision! Mon coude a tout pris, son pied à lui aussi, mais heureusement la Chose a juste eu un peu peur.

Cela montre le problème majeur de cet espace de jeu: beaucoup trop d'enfants pour trop peu de surveillances tant de la part du personnel que des parents. Je pense que cela peut être un peu dangereux, surtout pour les plus petits! Mais sinon l'expérience était top, surtout que la Chose s'est éclatée et m'a surprise devant ses capacités, et sa joie, moi la maman qui la voit encore toute petite fille!

Et vous, vous avez déjà testé un de ces espaces jeux, vos enfants ont apprécié?

27/04/2013

Bilan de la semaine

Au boulot

Ben non, c'était les vacances. Du coup décompression totale, ça fait un bien fou. Et mai s'annonce sympathique avec jours fériés, ponts et une semaine de formation.

Family Story

5 jours chez mes parents et j'ai survécu! Ce n'était pas sûr à 100 % vu la relation compliquée que je peux avoir avec mes parents... Mais la Chose hyper épanouie a rendu les choses super simples. Et puis, j'ai pu voir une très bonne copine ce qui fait un bien fou.

La cérémonie pour Pépé s'est bien passé. La Chose n'a pas trop réagi, mais quand elle dit le nom "pépé", on est un peu glacé et on ne sait pas trop quoi dire.

De notre séjour en famille, la Chose et l'Homme ont raméné fièvre et gorge prise... Après un 39.5 hier soir, la Chose cavale à nouveau, j'espère donc que le microbe a déjà été vaincu...

Webography

Petit coup de mou bloguesque pour moi. Je n'ai pas trop d'idées d'articles, du mal à écrire... Faut pas chercher, il suffit que je voye un ou plusieurs articles sans commentaires ou mention j'aime et je suis toute déprimée. En fait, quand je vois la multitude de blogs pleins de talents, je me demande ce que moi je peux bien apporter de plus... Oui, je m'apitoie sur mon sort, ça fait partie du personnage!

Cuisinons!

Je suis abonnée à Kitchen Trotter, j'ai donc concocté des sekerpares. Sauf que y a comme un ennui, c'est devenu des trucs mous qui se désagrège dans le sirop. Je pense que la cuisson n'était pas au max. Du coup, ne ne suis pas sûre que toute la fournée soit mangée.

Comme d'habitude, j'adore pâtisser mais mon manque d'exactitude est riche en catastrophes...

Et vous, votre semaine? Des catastrophes pâtissières à raconter? Ou des idées anti-coup de mou bloguesque?

23/04/2013

Se disputer avec une Chose dans les parages

Loin d'être idéale, la vie de couple après bébé peut être agitée. Tensions, stress et sujets de disputes pointent le bout de leur nez. 

Avant d'avoir un enfant, on règlait ça à notre manière: larmes, claquage de porte, Homme qui prenait la poudre d'escampette et réconciliation par SMS, puis sur l'oreiller. Bref, le grand jeu mais on avait une règle: ne pas s'endormir fâchés.


[Le poison, par René Magritte en 1939]

La Chose étant maintenant dans les parages, les sujets de dispute ont changés, évolués. Ils ne sont pas plus nombreux, et surtout nous faisons tout pour parvenir à un consensus. Parce qu'avec un enfant dans les parages, l'explosion n'est pas possible.

Les larmes inexpliquées, ça lui fait peur. D'ailleurs hier soir, elle a vu sa tata effondrée d'avoir loupé un concours. Elle n'a rien dit, mais n'a pas pu se coucher nous regardant avec des sourcils froncés pleins d'interrogations. Ne parlons pas des cris qui soit la font pleurer soit risquent de la réveiller soit font qu'elle fait tout pour nous détourner de la dispute.

Il n'est plus possible non plus de prendre la poudre d'escampette sans réfléchir. D'abord il faut voir qui s'occupe de la Chose, pour combien de temps on s'éclipse, penser à lui dire au revoir...

Les réconciliations par SMS se font à ce moment là plutôt en discutant à voix basse avec un ton calme et en étant interrompus par une Chose qui veut jouer aux Legos, rendant donc tout aussi impossible une réconciliation sur l'oreiller!

Ne restent plus que les disputes en sourdine et le dialogue. La Chose devient un instrument de paix des ménages. Et vous, les disputes sont-elles encore possible ou les enfants ont changé vos habitudes?