Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/10/2012

Mon blog et moi

 

Ce blog n'est pas mon premier. Il y a fort longtemps j'en avais créé un autre où je racontais mon volontariat européen. J'ai beaucoup aimé écrire tout ça mais je me sentais seule: peu d'audiance et un nombre affreusement petit de commentaires. Par contre, l'Homme a utilisé ce blog pour me draguer à l'époque. Lui, si peu lecteur, a cherché des petites anecdotes pour se rapprocher de moi!

Et puis, y a ce blog. Je suis amateure: pas de bannières (montrant mon incompétence informatique), un titre pas très originale aux fautes d'anglais clairement assumées, des illustrations tirées de google et non pas de banques d'images... Ce côté bricolage me plaît pourtant, j'ai réussi à le faire mien.

Tous ces blogs au style et à l'identité bien appuyés, aux lectrices nombreuses et fidèles m'ont longtemps fait rêver, et je les lis d'ailleurs avec beaucoup de plaisirs. En même temps, je vois le travail derrière, et je n'en ait ni le temps, ni l'envie, ni les compétences. Je rêverais pourtant d'arriver à ça, à ce que mes écrits soient admirés, lus et commentés.

Car un commentaire est à chaque fois pour moi une suprises et un grand plaisir. Il me montre que quelquepart, mes mots ont résonnés. J'adore vos commentaires, bien écrits, riches de vos vécus et d'un beau partage. Quand quelqu'un s'abonne sur Hellocoton ou aime un de mes articles, j'ai là aussi un sourire qui s'affiche direct. 

Je commente aussi sur les articles qui m'emeuvent, touchent un domaine que je connais ou viennent de blogueuses avec qui peu à peu un lien se crée. J'ai plus de mal à commenter chez les majors de la blogosphère, l'impression d'être perdue dans la masse, de ne me rajouter qu'à une grande population de groupie. Quand je commente, j'aime savoir que mon commentaire a été lu, et les réponses aux commentaires sont un vrai plaisir pour moi.

Les blogs ce sont aussi des billets sponsorisés. Mon blog amateur et moi sommes très loin d'intéresser les vendeurs de produits. Et si j'aimerais bien avoir des produits gratuits pour ma Chose ou avoir des sousous pour un article, je ne sais pas comment je ferais face à un produit que je n'aime pas mais dont je devrais faire l'éloge. Je vois actuellement tous les articles sur la console V-tech de S.orio. Comment pourrais-je faire l'apologie de ce genre d'articles dont, sincèrmeent je ne veux PAS pour la Chose? Et puis, je déteste le marketing et je suis une maman radine.

Reste que ce blog est un vrai plaisir pour moi et j'en veux encore des petits blablas entre nous!

 

23/10/2012

Quand le handicap mental s'en mèle

La vie est compliquée et pas toujours rose, je sais pas si vous avez remarqué? Alors on gère au quotidien, comme on peut. Mais comment on fait, quand un petit truc en plus ou en moins ne nous aide pas à y voir clair?

Par exemple, tu la gères comment toi la frustration de ne pas avoir eu ton dessert préféré au repas de midi? Tu souffles un peu, au pire tu retiens un juron. Sauf que pour X. qui a le langage mais pas tous les moyens de compréhension qu'il faudrait, cette frustration peut être intolérable. S'ensuit cris, hurlements, jets d'objets. Oui, je sais comme ta fille de 2 an et demi... Il faut alors toute la patience et la réassurance de l'éducateur pour tranquiliser X. et l'aider à prendre la mesure de sa frustration, qui ne rend pas légitime de tout casser!

Et comment tu fais quand ta collègue de travail préférée est absente? Avoue, t'es un peu triste parce que ta journée va être un peu plus ennuyante que d'habitude. Pour Y., c'est différent: larmes, cris, agitation... jusqu'à ce qu'on lui explique que son éducatrice n'a pas disparue corps et âme mais s'est juste absentée pour aller aux toilettes. Oui, bon, ton fils de 9 mois te la fait aussi, l'angoisse de séparation, tu maîtrises je sais! 

Un autre truc pénible que tu as à supporter au quotidien, c'est de te faire sermonner par ton patron. Tu oscilles entre les larmes et l'énervement en général, non? A., lui, il se knacke un bout du bras quand il se fait gronder alors qu'il s'y attendait pas, et puis D. il fuit loin, très loin, quand y en a qui s'énervent près de lui. 

Mais par contre, quand toi tu fais des petits pas en avant, c'est d'un banal, on les remarque mais y a pas de quoi en faire un plat. Moi, quand X. a tenu une demi-heure en étant calme, que Y. a su aller vers les autres, ou que K. a réussi à couper la courgette en morceaux, je suis tout sourire, tout étonnement, toute joie.

Et puis, entre nous, quand j'aurais plus cet étonnement ou cette joie, je penserais peut-être à changer de boulot!

21/10/2012

Elle m'a dit "vous avez du mérite!" Euuuuuuh

J'ai une voisine pas toute jeune qui aime bien la Chose. Elle doit pas mal s'ennuyer puisqu'elle m'a avoué souvent me voir/regarder partir à vélo le matin. C'est là qu'elle me dit une phrase qui m'a laissée bien songeuse:

- entre le travail, le bébé, la nourrice, le vélo, l'appartement, vous devez allez toujours vite, vous avez du mérite!

   Elle est où, ma médaille?

C'est sûr que je courre beaucoup le matin, mais surtout parce que je traîne pas mal. Jongler entre travail, bébé et tâches ménagères, est parfois assez pénible. Mais, j'ai pas mal de temps libre et un bébé une petite fille facile à vivre. J'ai un Homme qui me soutient, qui fait sa part de tâche. Un boulot aux horaires plus que compatibles avec notre vie familiale. 

En fait, je ne sais pas si j'ai du mérite ou pas, je m'adapte à notre vie de famille, je fais les choses parce qu'elles doivent être faites, parce que je les sens comme ça. Et puis, je suis loin d'être parfaite: désordre, linge qui traîne dans la panière, ménage pas à jour... Y a encore pas mal d'améliorations à apporter!

Vous en pensez quoi, on a du mérite, nous les mamans?