Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/08/2012

Le jour où j'ai été riche!

C'était hier... Et grâce à l'Homme en plus. Mais ne vous précipitez pas sur vos téléphones pour m'adresser des demandes de fond, cette richesse a été aussi rapide que soudaine. L'Homme changeant bientôt de poste, ces collègues lui ont offert une grosse somme à claquer dans un magasin de luxe catégorie art de la table, où on n'aurait pas mis les pieds en temps normal, la moindre assiette coutant 19 euros, et même la tasse à bec pour bébé avoisinant les 15 euros (je vous ai déjà dit que je suis un peu radine?).

En cinq minutes, nous avons vu les yeux des vendeuses briller et nous suivre avec délectation, faisant tout pour nous charmer: multiples compliments à propos de la Chose, proposition de nous porter nos achats, conseils rapides... Nous ne savions plus où donner de la tête, pouvant enfin acheter des objets dont on avait besoin mais dont on repoussait l'achat aux calendes grecques. Et surtout on a pu remplir le panier sans compter, se prenant pour des bourgeois aux moyens illimités!

on a vécu la même chose, mais avec des assiet

Nous voilà donc propriétaires d'une papillotte en silicone, de moules en silicone, d'une planche à découper, de 5 couteaux de précision, d'ustensiles variés... Et le plus beau c'est qu'on a pas encore tout dépensé!

Mais bon, rassurez-vous on est vite retombé dans le quotidien, en allant mettre les pieds dans notre supermarché habituel, où comme d'habitude, j'ai comparé conscensieusement chaque paquet de pâtes pour voir lequel était le mieux niveau qualité prix!

23/08/2012

Jalousie

- Bonjour, je me présente Working Mom. Je suis Jalouse Anonyme depuis 2 ans.

- Bonjour, Working Mom!

Je me sens forcée à intégrer le club secret des Jalouses Anonymes,  jalouse d'une collègue qui est parfaite en tout point.

C'est l'éducatrice que je ne serai jamais: une patience d'ange, une créativité et une envie qui ne cessent jamais, une gentillesse et un enthousiasme qui n'est pas feint, une fille qui reste au boulot alors que tout le monde est déjà rentré... Elle a aussi supporté une grossesse au milieu des jeunes handicapés alors que j'ai été arrêtée au 5ème mois, cassée physiquement et nerveusement. Elle a repris le boulot après son congé mat' avec une envie intacte sans regarder en arrière, alors que moi j'avais le coeur qui était resté accroché quelque part entre chez la nounou et le boulot.

A côté, j'ai honte. Je ne pense pas être une mauvaise éducatrice, mais je suis quelconque, impatiente et désabusée parfois, concentrée sur le boulot quand j'y suis mais pressée de rentrer dès que les jeunes sont partis. J'ai des idées, mais pas treize à la douzaine comme elle. Je supporte les travers des jeunes mais beaucoup moins ceux de certains collègues. Je cherche le secret de cette éduc parfaite, mais je ne le trouve pas.

J'essaie de lui chercher des défauts, trouver la faille, mais non rien n'y fait. Cette fille est parfaite, et moi je ne suis qu'une fille jalouse!

- Merci Working Mom, bon courage à toi! Nous vaincrons la jalousie, tous ensemble! La jalousie c'est tabou, on en viendra tous à bout!

Et vous, aussi un vieux fond de jalousie qui traîne, ou y a que moi qui suis vilaine?

20/08/2012

Un bébé qui marche

L'article où on se dit que vraiment Working Mom n'est jamais, mais alors jamais contente!

Un bébé qui grandit, c'est de la surveillance constante, avec aussi un fond de tendresse, de l'autorité et du réconfort pour faire passer tout ça. Avoir un bébé qui marche, c'est passer à du high level niveau vigilance constante.

Comme le Monsieur là, je développe des yeux qui voient partout, même derrière mon dos!

Parce que faut pas croire que le bébé va attendre calmement ses parents et rester à côté d'eux, adieux les peurs et les craintes, bonjour l'exploration. Et bien sûr pas linéaire l'exploration! La Chose se laisse perturber dans sa trajectoire au moindre brin d'herbes ou cailloux intéressant, se taille rapido loin de nous et accélère quand on l'appelle...

Bref, on se retrouve très vite à devoir la rapatrier, ce qui ne lui plait pas, mais alors pas du tout! Bonjour les cris et les larmes! Mais bon, c'est comme ça qu'on apprend les limites paraît-il.


Comme Maurice, la Chose dépasse les bornes des limites!

Mais le pire dans mon petit coeur de maman stressée, ce sont les escaliers, ces suppôts de Satan! Ils intéressent énormément la Chose qui aime bien les monter en se tenant heureusement. Mais quand je suis derrière elle, à la voir hésiter sur ses petites pâtes, je tremble d'avance. Surtout que j'ai un petit don qui me gâche la vie, je vois par anticipation la chute et je dois donc me retenir mes bras et mon corps qui voudrait la ramasser alors qu'elle n'est même pas tombée!

Ah, ce gène de maman poule, qu'il peut être envahissant parfois!