Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/08/2012

Un bébé qui marche

L'article où on se dit que vraiment Working Mom n'est jamais, mais alors jamais contente!

Un bébé qui grandit, c'est de la surveillance constante, avec aussi un fond de tendresse, de l'autorité et du réconfort pour faire passer tout ça. Avoir un bébé qui marche, c'est passer à du high level niveau vigilance constante.

Comme le Monsieur là, je développe des yeux qui voient partout, même derrière mon dos!

Parce que faut pas croire que le bébé va attendre calmement ses parents et rester à côté d'eux, adieux les peurs et les craintes, bonjour l'exploration. Et bien sûr pas linéaire l'exploration! La Chose se laisse perturber dans sa trajectoire au moindre brin d'herbes ou cailloux intéressant, se taille rapido loin de nous et accélère quand on l'appelle...

Bref, on se retrouve très vite à devoir la rapatrier, ce qui ne lui plait pas, mais alors pas du tout! Bonjour les cris et les larmes! Mais bon, c'est comme ça qu'on apprend les limites paraît-il.


Comme Maurice, la Chose dépasse les bornes des limites!

Mais le pire dans mon petit coeur de maman stressée, ce sont les escaliers, ces suppôts de Satan! Ils intéressent énormément la Chose qui aime bien les monter en se tenant heureusement. Mais quand je suis derrière elle, à la voir hésiter sur ses petites pâtes, je tremble d'avance. Surtout que j'ai un petit don qui me gâche la vie, je vois par anticipation la chute et je dois donc me retenir mes bras et mon corps qui voudrait la ramasser alors qu'elle n'est même pas tombée!

Ah, ce gène de maman poule, qu'il peut être envahissant parfois!

Rendez-vous sur Hellocoton !

Commentaires

ah je suis comme toi ! c'est terrible ! le pire c'est effectivement de voir venir la chute mais de plus ou moins laisser faire et malgré tout souvent ça passe sans casse ! sacré épreuves pour les nerfs ! :)

Écrit par : Valentine | 21/08/2012

Les commentaires sont fermés.