Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/07/2012

Bilan d'une année

Aujourd'hui est un jour spécial, puisque c'est la fin de l'année scolaire pour les jeunes dont je m'occupe. Je ne suis pas une "maîtresse" mais une éducatrice avec 5 semaines de vacances (oui, vous avez le droit de me détester!).

L'année scolaire, ma première année complète à mon boulot, est passée archi vite, la faute à notre bébé bouffeur de temps. Et cette fin d'année est l'occasion d'un grand chambardement, puisque 2 jeunes dont je m'occupe partent pour une structure adultes.

C'est toujours étrange pour moi de laisser un jeune partir, car j'ai du mal à déléguer, à ne pas tout contrôler. Avec les jeunes dont on s'occupe, on met un tas de choses en place, on les suit plusieurs années avec des moments pas toujours faciles. Et du jour au lendemain, le jeune que tu connais depuis presque 3 ans part. Ton ego en prend aussi un coup, quand tu le recroises dans sa nouvelle structure, et qu'il te reconnait à peine. Du fait du handicap sûrement, ils passent à autre chose, bien plus vite que nous, pauvres éducateurs pleins de souvenirs. Il est difficile de voir aussi qu'en structure adulte, les professionnels ont moins le temps, donc que le travail avec le jeune ne sera pas le même.

L'année prochaine aussi, nous réorganisons nos groupes pour mixer un peu plus les niveaux, afin que les jeunes se stimulent entre eux, l'occasion pour moi de refaire tout un programme avec en plus une nouvelle collègue. J'ai hâte de commencer tout ça.

L'occasion aussi de dire "bonnes vacances" aux parents. Il y en a certains que j'admire pour leur patience, leur présence quasi constante auprès de jeunes dont le handicap est lourd et envahissant. Pour ces parents, il n'y a jamais de "je t'aime, maman", de repos ou d'éclats de rire. Pourtant, ils sont toujours là, vaillants et il est difficile pour eux d'accepter de dire que là, tout de suite maintenant, ça va plus, il leur faut un relais.

D'autres parents fuient nos demandes, nos questions, mais plus grave fuient leur enfant, en ne s'intéressant pas à ce qu'il fait, à ses travaux... Ils ne semblent jamais s'intéresser aux progrès de leur enfant, mais sont prompts à critiquer l'éducateur et l'institution dès qu'une veste est perdue. Il est alors difficile de travailler avec ces parents, d'essayer de leur insuffler notre enthousiasme par rapport aux progrès de leur enfant.

Voilà, j'espère que cet article qui part dans tous les sens ne vous a pas paru ennuyeux. J'ai encore 2 jours de formation et ce sera les vacances!!!

Rendez-vous sur Hellocoton !

Commentaires

C'est un métier qui ne doit pas être toujours facile. Alors très bonnes vacances !

Écrit par : Albane | 11/07/2012

Intéressant !! et pas facile aussi ! Heureusement que de telles structures existent...Ressource toi bien pendant les vacances !

Écrit par : Valentine | 11/07/2012

Les commentaires sont fermés.